Le feuilleton du dimanche :La petite fille qui voulait savoir (2/5)

Publié le par pandora

Résumé de l’épisode précédent : Amélie est une petite fille qui s’est prise de passion pour les fées et qui rêve maintenant de les rencontrer.  Sur les conseils de sa tante Charlotte (qui a illustré l’encyclopédie des fées), Amélie décide donc de leur écrire une lettre pour essayer de rentrer en contact avec la fée qui s’occupe des petites filles…

 

Durant la semaine suivante, la mère d’Amélie voit son enfant se transformer : Amélie ne mange plus à table et s’enferme dans sa tristesse sans se confier. Un matin enfin, Amélie aborde ce qui lui pèse tant sur le cœur :

-          Maman, tu sais, finalement, je me demande si les fées existent vraiment…

-          Ah bon, et pourquoi, Amélie ?

-          Parce que si elles existaient vraiment, elles ne laisseraient pas une petite fille inquiète sans réponse, pas vrai ? Eh bien tout dépend. Peut-être sont-elles simplement très occupées….

-          Oui, mais en une semaine, quand même, elles auraient eu le temps de venir relever leur courrier, même si elles habitent très loin…

Amélie regarde sa mère, hésitant entre lui dire tout de sa lettre aux fées et garder l’espoir que les fées viennent encore.

-          Tu sais maman, je trouve que c’est très difficile de grandir, des fois je préférais quand j’étais petite et pas malade…

La maman ne répond pas mais prend Amélie contre elle, la serrant très fort et l’embrassant. Emue devant la détresse de sa petite fille qui n’a que neuf ans mais qui ne se considère déjà plus comme une enfant. Si les fées ne sont pas au rendez-vous, elle pourrait peut-être leur donner un coup de pouce en relevant elle-même le courrier…

En  se couchant ce soir-là, Amélie va regarder l’enveloppe dans l’encyclopédie des fées, elle hésite à la prendre mais se dit qu’elle va encore donner un peu de temps aux fées pour se manifester. Peut-être étaient-elles juste trop occupées…

Elle verra bien demain.

Le lendemain matin, la maman d’Amélie entre à pas de loup dans la chambre, guettant la respiration lente et profonde de sa fille qui signe le sommeil, et se dirige vers le bureau pour y prendre la lettre. L’encyclopédie est là, mais elle a beau feuilleter les pages, elle n’y voit pas d’enveloppe. Où Amélie a-t-elle bien pu la mettre ? Elle ouvre doucement les tiroirs mais elle n’y voit toujours pas d’enveloppe. Elle remet le livre sur le bureau, s’approche de sa fille et la réveille doucement en l’embrassant tendrement sur la joue comme tous les matins, avant de passer dans la chambre de Nicolas.

Ce jour-là encore, la première pensée d’Amélie est pour la lettre des fées mais elle n’ose pas se lever tant elle a peur d’être déçue. Elle s’étire doucement et sent quelque chose d’inhabituel sous son oreiller. A la lumière de sa petite lampe de chevet, elle voit qu’il s’agit d’un petit bout de papier orange aux drôles de reflets. Son cœur commence à battre la chamade. Et si, et si… elle se lève d’un bond pour aller vers son bureau, elle ouvre l’encyclopédie des fées, la secoue, rien plus rien, la lettre n’est plus là, les fées sont passées… Elle n’ose pas ouvrir la petite lettre orange tant elle est émue. Les fées sont passées pour elle et elles lui ont même répondu ! Finalement elle sort de l’enveloppe un petit carré de papier blanc :  

« Chère petite Amélie,

 Nous avons eu ta lettre avec un peu de retard en raison de la grève de la fée des lettres et nous te prions donc de nous en excuser. Rendez-vous ce soir à minuit à côté des plantations de tomates pour y retrouver la fée des carottes. Elle sera ton guide dans le voyage vers le pays des fées. Ne sois pas en retard, nous avons prévu beaucoup de choses à faire.

PS : tu ne dois parler de ceci à personne, les adultes ne doivent pas nous voir 

Tes amies les fées. »

Amélie lit et relit sa lettre, heureuse comme jamais. Elle s’habille rapidement et descend prendre son petit-déjeuner, embrassant sa maman au passage. Elle a tout d’un coup à nouveau très faim, elle a hâte que la journée soit passée et qu’elle soit déjà au soir…



La suite dimanche prochain...

Publié dans textes

Commenter cet article

thaddee 12/08/2008 19:44

C'est un très joli conte, on baigne dans la tendresse et le merveilleux. Et on y retrouve ton plant de tomates :-)Jour après jour j'essaierai de rattraper le retard accumulé dans ma lecture, je cours pas mal en ce moment. Tu n'es pas encore revenue, c'est bon signe, ça veut dire que tu tiens le coup là-bas dans tes montagnes ! Je te fais de gros bisous que tu trouveras à ton retour.

joye 10/08/2008 11:24

Jour 7 sans Pandora : Je travaille, je marche et je me dis que Pandora fait beaucoup plus, plus dur, et plus haut, une main liée derrière le dos !  ;-) Je garde le feuilleton pour l'avant-arrivée.

mariev 10/08/2008 10:46

quoi? les fées font la grève? mais, normalement, leur monde est parfait...bon, ce soir, moi aussi je serai à côté de mes tomates... je te raconterai plus tard, d'ac?;)

Martine27 10/08/2008 10:38

Mince il y a aussi des grèves chez les fées, mais où va le monde ?

Reine 10/08/2008 08:38

Comme c'est joli Pandora, j'ai hâte de lire la suite dimanche prochain!Là, maintenant tu dois être vraiment dans ton voyage et j'espère que tu te régales.Bises du dimanche