Bloggeuse invitée: Nina des Zio Peppino

Publié le par pandora

Je vous invite aujourd'hui à découvrir un des billets hebdomadaire que nous concocte chaque semaine Nina sur le blog Zio Pepino, agrémenté sur leur site d'une création graphique spécifique. Moi je vous ai mis en illustration 3 statuettes de Vénus, dont au centre la célèbre Vénus de Willendorf.




Grosse


Betty est grosse. Très grosse. Fortement grosse. Pas enceinte. Betty n'est pas grande. Pas très grande. Basse-taille.
Sa chevelure rousse et crépue ondule sur ses larges épaules mouchetées. Des tâches. Petits grains de beauté.
Betty est belle. Sa peau graisseuse dessine de larges bourrelets sur ses maillots. Des dunes. Betty sourit tout le temps. Ses lèvres fardées ne plissent jamais. Charnues.
Betty est amoureuse. Léon. Un gentilhomme. Caressant. Léon aime sa Betty plus que n'importe quelle nymphette. A plat ventre devant son corps gras. Grassouillette pin-up.
Betty a plein d'amis. Des vrais. Quelques faux. Surtout des malades. J'ai connu Betty à l'hôpital. Une gentille infirmière de nuit. Aux aguets des sonnettes. Betty, la brave garde-malade. Elle me raconte parfois des histoires. Sans boniments. Des aventures divertissantes. Drôles. Parfois ordinaires. Des histoires d'hôpital. On descend dans le hall, près du distributeur, pour boire des boissons chocolatées. Fumer des cigarettes. Betty prend ma tension. Me pique le bras. Me parle du dehors. Du dedans. J'aime bien quand elle se penche sur moi. Ses seins massifs frôlent mon nez. Elle sent bon. Betty s'occupe bien de moi.
Betty est une grosse femme. Betty mange. De tout. Trop de tout. Tout le temps. Des pommes de terres. Des pizzas. Des raviolis froids. Des animaux. Cochons, poulets, oiseaux, grenouilles.
Betty avale, dévore, grignote, suçote, digère. Quand elle pense, elle rumine.  Betty aime se bâffrer. Le matin. Le soir. La nuit.
Les hommes regardent Betty. Certains. Peu. Léon beaucoup. Les femmes aussi. Les enfants surtout. Le corps de Betty régale les voyeurs.
La pogne de Betty saisit des seringues. Des ciseaux. Beaucoup de fourchettes et de couteaux. Moite comme une salle de bain. Son derrière babylonien se traîne dans les rues fourmillantes de regards impudents. Betty est ronde comme une mappemonde. Betty ne se ronge pas les ongles. Betty se porte bien. Heureuse.
J'ai revu Betty au supermarché. Au rayon diététique. Maigre. Très maigre. Taille-fine. La bouche fermée. Pas rouge. Ecrémée. Les cheveux ras. Secs. Pas gras. Revêche. Laide.
Betty a fait un régime. Pour voir. Se métamorphoser. Changer de taille. De bouche. Changer tout. Léon s'est éloigné. Ailleurs.  Une autre grosse. Très grosse. Plus grosse. Potelée.


Nina

Publié dans guest star

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

enriqueta 18/08/2008 11:21

Je lis régulièrement Nina, j'aime beaucoup.

thaddee 14/08/2008 04:09

Mais quels talents sur les blogs ! C'est une formidable initiative que tu as prise en souhaitant nous en présenter quelques uns. Je suis très impressionnée par ce texte-là aussi, très fragmenté, saccadé, souffle court, essoufflé, qui dévoile une terrible réalité : que ne feraient pas certaines pour se mettre à la norme édictée par la pub et la mode mannequin ? Régime, lifting, chirurgie esthétique, avec toutes les conséquences désastreuses que cela implique parfois. C'est vrai que nos sociétés amaigrissantes nous renvoient une image négative de l'obésité et même de l'embonpoint. Or, les femmes à la Renoir ont un charme certain si elles s'aiment bien et se sentent bien dans leur peau ! Il faudrait être sèche comme un coup de trique et se nourrir aux hormones ! Pauvres hommes...

Reine 12/08/2008 14:26

Très joli texte. Qui me parle puisque moi aussi je suis plutôt grosse. En tout cas merci à vous deux: maintenant, je sais pourquoi je ne veux pas faire de régime hihihi!

lolo 12/08/2008 13:21

Un texte très dur, mais qui me parle, bien que je n'ai jamais eu "que 20 kg de plus que mon poids actuel", c'est sûr qu'on peut être potelée et très bien s'assumer, mais les "standards" actuels sont tellement stricts qu'il est parfois difficile de "déborder" de ces normes tout en restant bien dans sa peau. Pour ma part, j'ai cédé à cette normalité car je n'arrivais pas à m'assumer "différente". Bien que je sois au dessus de la moyenne des françaises  je m'assume désormais très bien et je suis enfin bien dans ma peau, et ce sourire perdu par Betty, moi, je l'ai retrouvé!

joye 12/08/2008 13:05

Joli texte !
Une petite pensée pour ma copine au lycée Kris, morte suite à une intervention pour maigrir.J'adore aussi ces statues, je connais la Vénus, la première oeuvre d'art et dédiée à une ronde voluptueuse.:-)Jour 8 sans Pandora, mais je pense à toi, surtout quand je suis en train de marcher !Merci pour ces magnifiques découvertes que tu nous as laissées.