Il ne peut en rester qu'un...

Publié le par pandora

J'ai finalement réussi à retrouver ce texte écrit au Zanskar. Mes fouilles bordelistiques portent donc désormais sur la facture (qui fait office de garantie) de la fnac pour mon appareil photo... Je ne désespère pas (encore) de remettre la main dessus ;-)

 

                                                 Photo de Yannick Arnoud


Je m’étais inscrite avec l’inconscience et la naïveté de celle qui n’a rien à se reprocher. Rien à perdre et tant à gagner.
Le principe du jeu, s’inspirant de Koh Lanta, était celui d’un trek dans le Zanskar avec un groupe de départ de 11 participants triés sur le volet pour leurs qualités physiques ou mentales (ou d’autres raisons que les producteurs du jeu n’avaient pas pris la peine de nous annoncer). L'aventure donc, avec au bout la possibilité d'empocher un joli pactole. La rencontre fut très cordiale, nous avons fait connaissance les uns avec les autres sans trop bien savoir ce qui allait se passer. Mais très vite la réalité du jeu nous rattrapait.

Un des membres du groupe devait rester à Leh en raison d’un mal des montagnes invalidant, avec des saignements de nez et des maux de tête à se frapper la tête contre les murs… Ce qu’il fit d’ailleurs jusqu’à ce qu’il ressemble à "elephant man" et que la production décide de le sortir du jeu pour l’envoyer en clinique. Nous n’étions plus que 10.

Très échaudés (ou refroidis, c’est au choix) par cet incident, nous décidâmes donc de suivre les conseils avisés de nos coachs dans le jeu, à savoir Anita et Targes et de boire beaucoup pour éviter le mal de montagnes. Nous ne saurons jamais, par contre, qui avait eu l’idée de ce concours de descente de bière entre Targes et un des participants qui avait fait une grave erreur. Il ne faut jamais sous estimer son adversaire. Résultat :

  
Targes : « I’m a bit drunk, Hi, Hi , Hi !!! »

Participant : « … » (C’est-à-dire coma éthylique).
Nous n’étions plus que 9.

  
Je crois utile de vous préciser ici, vous qui n’avez pas participé au "voyage", que le trek n’avait pas encore commencé et que nous nous trouvions encore à Leh pour les 4 journées d’acclimatation à l’altitude… Et avec le début du trek vint la défection suivante :
 

 
« Qui trop de thé boit, doit faire pipi dans les bois »

(Proverbe Zanskari, auteur inconnu)

 
Oui mais, quand pour accéder à la tente toilette, il faut grimper sur une échelle puis marcher sur un pont de singe suspendu de 20 mètres de long secoué par le vent et éviter les crocodiles en posant ensuite les pieds sur les vrais rochers, un accident est vite arrivé. Quand  nous entendîmes cette nuit-là un long cri, nous sûmes tout de suite que c’était à cause des toilettes, mais nous ne sûmes jamais, par contre, à quelle étape la victime fut mise en échec.

  
Moralité : « Qui trop veut respecter l’environnement

Sans faire pipi la nuit dans le camp,

Se casse la figure lamentablement »

(Proverbe trekkeur, auteur inconnu)

  
Note de l’auteure : Veuillez excuser le niveau déplorable de ce billet  imputable à un grog local servi en apéritif et consommé en quantité exagérée avant l’écriture de ce que je n’ose plus appeler un texte littéraire…

  
Restaient donc, pour ceux qui ne suivent pas, 9 participants. Mais pas pour longtemps puisqu’au réveil de cette fameuse nuit,  matin du troisième jour de trek, une des participantes préféra renoncer à la prime conséquente du vainqueur pour regagner ses pénates : « too dangerous ».  Nous n’étions plus que 8.

 
Naïfs que nous étions, nous pensions que les défections précédentes étaient accidentelles jusqu’à ce qu’Anita fasse goûter une baie orange soi-disant remarquable pour ses effets sur la santé à un participant qui nous abandonna après être passé de la jaunisse à la chaude pisse puis aux vomissements et enfin au delirium tremens. Ne restaient plus que 7 participants.

Merci à tous de visionner cette vidéo pour permettre aux producteurs de l'émission de financer la prime conséquente destinée au vainqueur

 

                       
 Et merci à l'arpenteur pour cette bonne idée ;-)

Une pierre tombée de façon impromptue d’on ne sait où sur la tête d’un des membres du grupetto lors de l’ascension d’un col (seul Targes était au-dessus de nous mais un accident est si vite arrivé) réduisit alors notre groupe à 6 participants.

Un effondrement de la tente toilette malencontreusement posée juste au dessus d’une crevasse de plus de 20 mètres de profondeur réduisit encore notre groupe à 5 personnes.

 
A ce stade, je dois reconnaître que l’ambiance n’était plus à la franche rigolade mais à la suspicion. Nous nous regardions tous en chien de faïence lors des repas. Nous n’allions plus dans la tente toilette que nous jugions trop dangereuse mais nous mangions encore de bon appétit. Jusqu’à ce que notre groupe se trouve réduit à 4 suite à l’implosion par ingestion d’une pakora épicée piégée. Ce n’était vraiment pas beau à voir.

Ce fut le moment que choisit le 4ème participant pour se convertir au bouddhisme et s’arrêter au monastère de Karsha pour une retraite spirituelle. Nous n’étions donc plus que 3 désormais, un drôle de trio qui se regardait avec méfiance, la vessie pleine et le ventre ballonné, l’estomac torturé par la faim mais n’osant plus rien manger sans l’avoir fait auparavant goûter par une mule. Trio qui devint duo quand un des participants fut attaqué par un boa stricator dans sa tente, chose d’autant plus étonnante que cette espèce ne vit qu’en Suisse… par le plus grand des hasards pays d’origine du coach Anita.

 
J’ai senti le piège quand mon dernier adversaire s’est vu offrir un beau foulard rouge vif par Targes en raison de son mal de gorge. La suite m’a donné raison : le yak a foncé cornes en avant depuis le haut de la butée sur l’avant-dernier participant du groupe et plutôt que de se faire empaler, celui-ci a préféré se jeter dans le Zanskar. C’était il y a 2 jours. Il ne reste plus que moi. Je regarde désormais avec beaucoup de suspicion Targes et Anita. Je ne mange plus rien qui n’ait été goûté, je ne vais plus aux toilettes (et j’ai donc très mal au ventre). Je n’utilise plus mon sac de couchage par peur des serpents, je porte un casque lors des ascensions et je n’accepte plus aucun cadeau de Targes ou d’Anita que je trouve bien souriants. Trop souriants.

 
Il reste 4 longs jours avant l’arrivée à Manali et j’ai peur de ne pas tenir. Je crois que les coachs trichent pour se débarrasser de nous et toucher la prime de 300 000 euros.
Alors, j’écris mes soupçons sur cette lettre que je vais faire manger avec du savon à une chèvre. Si vous tombez sur ce mot, qui serait passé par les pis de la chèvre lors de la traite, en mangeant votre fromage, je vous en prie, faites la suivre aux producteurs de l’émission : « Il ne peut en rester qu’un, Comment survivre au Zanskar. 21 jours pour comprendre que les dés sont pipés et que personne ne gagnera » . Aidez-moi  je vous en prie. J’ai senti quelque chose bouger dans une de mes chaussures qu’Anita m’a gentiment proposé de brosser cet après-midi et je pense que c’est un scorpion. Il ne peut en rester qu’un…

Je crois que ça ne sera pas moi…


[Texte adapté pour répondre à la consigne de la semaine des  impromptus surle thème de l'aventure avec mots imposés "impromptu" et "littéraire" et la photo du pont] 

 

Publié dans Zanskar 2008

Commenter cet article

Martine27 01/10/2008 18:51

Il était pas dans le coup Hercule il me semble dans cette histoire !

pandora 01/10/2008 20:38


J'avais un doute en l'écrivant... ;-)


millie jolie 30/09/2008 23:57

Waouh je suis toujours impressionné par ton imagination débordante. J'aime beaucoup

pandora 01/10/2008 06:48


Je n'ai pas beaucoup rêvé là-haut (je suis un peu déçue d'ailleurs, normalement avec l'altitude on peut faire des rêves assez délirants) mais je me suis lâchée dans
mes histoires ;-)


Martine27 30/09/2008 18:30

Les 10 petits nègres d'Agatha Christie revu à la mode treck est super amusant

pandora 30/09/2008 21:07


Tu veux jouer le rôle d'Hercule ?


nina de zio peppino 30/09/2008 11:49

Là j'en reviens pas ! Quelle expédition!!!

pandora 30/09/2008 21:00


Purement inventée, je te rassure ;-)


mariev 30/09/2008 10:06

encore un vrai régal, j'ai adoré!!faudrait l'illustrer aussi, celle-là (et non, je ne dessinerai rien du tout), vraiment!la photo, on dirait un décor de cinéma, trop fortmerci pour le sourire (que j'avais un peu fané depuis que j'ai appris que des parents d'élèves étaient "révoltés" par mon absence de quelques jours  -  j'ai un arrêt maladie  -  ... c'est vrai, l'école est un produit de consommation...)donc, merci!!:)

pandora 30/09/2008 21:00


Merci Mariev, la photo est celle de l'un des trekkeurs du groupe, Yannick sherpa et il y ne aura d'autres de lui cette semaine ;-)
Désolée pour le sourire, laisse les parents causer, de toute façon ça ne sert à rien de te rendre malade... surtout que tu commences seulement à aller mieux!!!
Les chiens aboient, la caravane passe...