Le grand jeu de la vie (1/2)

Publié le par pandora

Un texte publié écrit pour les fanes de carottes  sur le thème de "la vie mode d'emploi" avec Ekwerkwe comme redoutable (et redoutée) relectrice ;-)

Je suis partie en claquant la porte, très énervée. Thomas ne veut jamais rien faire. On est dimanche et il ne décolle pas du canapé et de la télévision, tu parles d’un programme enthousiasmant quand il fait si beau dehors et qu’une foire se tient pour une fois dans notre petite ville. J’ai insisté et nous avons fini par nous disputer, comme d’habitude. Si la météo extérieure est plutôt au soleil l’ambiance entre nous vire de plus en plus à l’orage. Je vais donc y aller toute seule en laissant Monsieur Casanier devant sa télévision…

J’évacue ma colère en marchant d’un pas rapide et je sens l’excitation me gagner à mesure que la musique et les cris deviennent plus perceptibles. Petite, j’adorais les fêtes foraines. A présent, cela me rappelle les bons moments passés avec mon père quand il m'y emmenait. La foire est plutôt bien fournie: une grand-roue, un grand-huit et quelques manèges à sensations pour les plus grands, des auto-tamponneuses et des chevaux de bois pour les plus jeunes.  Je regarde les passagers tourner et se faire secouer mais je  me contente de vivre leurs sensations par procuration au travers de leurs cris de frayeur et d’excitation. Vertige et adrénaline ne font pas bon ménage ! Je flâne dans les allées, tentée par les bonnes odeurs de barbe à papa et de pommes d’amour. Je souris en voyant les bouilles réjouies des enfants qui courent et crient et tirent leurs parents par la main. Comme quand j’avais leur âge. Mais maintenant, j’aime surtout écouter les discours d’accroche des forains dont le bagout m’étonne toujours. Et l’un d’entre eux, justement, se distingue particulièrement si j’en juge par l’attroupement devant son stand. La barbe longue et blanche et le crane recouvert d’un chapeau pointu assorti à sa robe bleue ornée d’étoiles et de signes du zodiaque, un homme sans âge se tient sur une petite estrade, à la manière des anciens mages. Sur un panneau de bois accroché à la partie supérieure du stand, il est écrit maladroitement «  Le grand jeu de la vie » en capitales rouges. Je me rapproche davantage, distinguant désormais le grand anneau doré de l’oreille droite et les yeux du bonimenteur si noirs qu’on les dirait passés au khôl. Il y a aussi une petite table couverte d’un tissu jaune brillant devant laquelle se tiennent quelques personnes. Elles admirent d’étranges cartes à jouer joliment illustrées comme celles du tarot de Marseille. Il en tient lui-même encore un bon paquet en main.

« Approchez Mesdames et Messieurs ! Venez vous aussi participer à mon grand jeu de la vie ! Car je vois  la vie comme un grand jeu de cartes... »

Alors que d’habitude je suis plutôt méfiante devant ce type d’attractions, je me sens vraiment attirée par ce curieux personnage dont le magnétisme me surprend. Heureusement que je suis seule car Thomas se serait moqué de moi : il considère ces diseurs de bonne aventure comme de parfaits escrocs.

« Oui Mesdames, oui Messieurs, on reçoit tous quelques unes de ces cartes à la naissance. J’en ai reçues et vous aussi. Mais pas les mêmes ! »

Et le bonimenteur de jeter un regard circulaire sur son public. Il sait comment faire pour captiver les foules, le bougre !

« Ah ça, certains ont vraiment une belle donne, ils ont leur toute petite main potelée de bébé pleine de jolies cartes. Et ceux-là ont d’ailleurs en général de l’aide pour les tenir toutes. Levant un doigt après l’autre, il égrène «  Une carte « Amour », avec un gros cœur rouge et une carte « Tendresse » et une carte « Nourriture » et une carte » Bonne santé » et une carte «Confort » avec un joli doudou ourson. Quelle chance, vraiment… » Nouveau regard circulaire.

«  Oui Mesdames, oui Messieurs, certains ont vraiment une sacrée veine. Bien sûr, ces cartes peuvent aussi s’accompagner de quelques mauvaises surprises ;  la carte « Frère » ou « Sœur » qui peut souvent (mais pas toujours bien sûr) se doubler de la carte « Jalousie ». La carte « Appareil dentaire » ou « Pas de télé ». Mais rien de bien grave finalement.

Et d’autres, vous peut-être Madame, ou peut-être vous Monsieur, ont dès le départ beaucoup moins de chance : ils tirent les cartes « Guerre », ou « Famine », ou « Parents absents ». Des cartes vraiment difficiles. Je vois qu’il y en a parmi vous qui hochent la tête. Peut-être êtes-vous dans ce cas… Vous n’avez pas de chance Madame ? »

Il me fixe désormais de son regard envoutant et je me retourne pour regarder s’il n’y a pas quelqu’un derrière moi à qui il s’adresse, mais non, c’est bien à moi qu’il parle. Je me recule de quelque pas et il en profite :

« Ne partez pas Madame, ce n’est pas votre faute ! »

Quelques regards se posent sur moi tandis que les rires fusent, et que je me sens rougir. Je partirais bien en courant mais cet homme se moquerait encore plus de moi. Et pour tout dire, j’ai bien envie d’entendre la suite.

« Ah, vous restez Madame, c’est bien et vous avez raison, car savez-vous ? Les cartes ne sont pas gravées dans le marbre et elles vont évoluer au cours du temps. Et oui, rien n’est jamais perdu ! La carte « Guerre » peut se transformer en « Paix ». Et inversement, la carte « Bonne Santé » peut se transformer en carte « Maladie ».

C’est alors au joueur, oui, à vous Madame, ou vous Monsieur, de changer sa façon de jouer. Vous pouvez choisir de déposer certaines cartes sur le tapis. Ou bien d’en piocher de nouvelles comme les cartes « Mariage » ou « Baccalauréat ». Vous pouvez aussi en échanger et passer de la carte « Pantoufle » à celle du  « Voyage ». Des cartes comme celles que je tiens dans la main. » Et de montrer toutes ses cartes en les ouvrant comme un éventail.

« Et oui Mesdames, et oui Messieurs, il y a autant de façons de jouer au grand jeu de la vie que de joueurs. Est-ce que vous voulez savoir lesquelles ? »

Quelques « oui » timides fusent de l’assistance, mais trop timides apparemment puisqu’il nous regarde et met sa main à l’oreille pour faire signe qu’il n’a rien entendu. Un « oui » collectif plus fort se fait entendre, mais là encore, il joue avec nous et levant les deux mains, paumes en l’air, tel le maitre de chœur d’une chorale, il obtient enfin le « Oui » retentissant qu’il attendait.

« Ah… Je m’en doutais ! Madame ? »

Il appelle une petite dame qui fait non de la main et se dépêche de s’éloigner au plus vite tandis qu’il nous lance :

« Certains joueurs sont des peureux qui n’osent pas échanger leurs cartes ou en tirer de nouvelles par crainte du changement ». Il se tourne vers la dame qui lui montre désormais son dos en s’éloignant et lui fait une magnifique révérence en ôtant son chapeau, dévoilant son crâne chauve sous les rires de l’assistance. « Comme cette dame. Au revoir Madame ! »

« D’autres sont des malchanceux qui tireront mauvaise carte sur mauvaise carte. »

 « Certains sont des collectionneurs et ils essaient d’amasser le plus de cartes possible en tentant le maximum d’expérience à leur portée. » Et tandis qu’il parle, il prend ostensiblement ses cartes une par une puis les met dans la poche de sa robe en se frottant les mains. Et se tournant vers une femme de l’assistance qui rit sans pouvoir s’arrêter : « Cela vous fait rire Madame, je suis sûr que cela vous rappelle quelqu’un ! ». Et elle de repartir dans son rire de plus belle.

« D’autres  sont d‘éternels insatisfaits qui n’auront de cesse de changer leurs cartes tout au long de leur vie, en espérant en trouver de meilleures. »

Il s’arrête à ce moment de parler pour marcher doucement sur l’estrade qu’il traverse dans un sens puis dans l’autre. Quel comédien ! Il se tourne enfin vers nous et reprend :

« Mesdames, Messieurs, vous comprenez bien qu’il  m’est impossible de vous décrire toutes les façons de jouer tellement elles sont nombreuses. Mais c’est ça la vie pour moi, utiliser au mieux les cartes que l’on a reçues. Que vous avez reçues. Essayer d’échanger les plus mauvaises par des meilleures et faire avec celles qu’on doit garder…

Bien sûr il y a des bons et des mauvais joueurs...

Bien sûr il y a des tricheurs qui s’inventent des cartes ou veulent les prendre au lieu de les échanger.

Des prestidigitateurs aussi qui transforment leur jeu d’un claquement de doigt….

Mais Mesdames et Messieurs, à un moment ou à un autre, tout le monde finit toujours par devoir jouer cartes sur table… »

Nouvelle pause étudiée. Tous nous avons les yeux rivés sur lui, captifs. Comédien mais aussi magicien. Je me demande vraiment ce qu’il va essayer de nous vendre après tout ce baratin…

La suite demain

Publié dans textes

Commenter cet article

ekwerkwe-la-terreur 26/11/2008 00:30

Moi qui pensais récupérer la relecture de ton conte de Noël... Je ne vais pas te gâcher les fêtes, alors?
;)
(Mais de toutes façons, si tu tiens les promesses du début, je crois qu'on va tous se battre pour la relecture.)

pandora 26/11/2008 07:25



Ca me ferait très plaisir de retravailler avec toi et ne me gacherait absolument pas les fêtes  ;-))


Pour ce qui est du conte de Noel, disons que l'écriture de la suite et fin est autant laborieuse que celle du début a été fluide et d'un jet, alors... Mais
je bouclerai cette semaine pour vous l'envoyer comme promis ;-)



ddlaplume 24/11/2008 17:13

Bonsoir Pandora,         Le magicien comédien, vendeur, retient la foule qui l'entoure.         Il a du savoir faire pour attirer la petite troupe qu'il fait patienter par des phrases toutes prêtent, quelque soit la situation.         Mais, ces cartes qu'il devrait montrer ou cacher se font attendre... dans un suspens calculé.         L'auteur mène son texte avec le talent du prestidigitateur de la foire. Le monologue est parfaitement réaliste dans cette ambiance foraine.          Bises.         dédé.

pandora 24/11/2008 21:13


Bonsoir et merci Dédé, une ambiance de foire pour un vrai message ;-)


Jakline 22/11/2008 23:59

Le début est prometteur, je reviens demain.

pandora 24/11/2008 20:35


;-)


Martine27 22/11/2008 18:43

Sympa ce texte, j'ai hâte de voir ce que tu vas tirer comme cartes

pandora 24/11/2008 20:33


tu as vu ;-)


lolo 22/11/2008 10:28

Wouahhh! Je crois le voir et l'entendre ton bonimenteur, et j'avoue qu'il m'a moi aussi captivée. J'attends la suite avec impatience!

pandora 22/11/2008 10:58



A demain alors pour découvrir les secrets de mon bonimenteur ;-)


Et à la semaine prochaine pour les diablotins ;-))))))))))))))))))))