Rendez-vous

Publié le par pandora




Nous avons rendez-vous ce soir et je suis impatiente, cela fait plus de deux mois que je ne lui ai pas parlé puisque son travail est de m’écouter. Deux mois de coupure liés à nos vacances respectives.

Deux mois que j’imaginais courts, dans l’euphorie du retour de ce Zanskar que je savais si riche pour moi. Ce voyage et ces grands espaces auxquels je me ressourcerais comme je le fais à chaque fois que je pars. Cette parenthèse que je m’accorde pour prendre un peu de distance par rapport à mon quotidien. Ce défi que je partais relever mais dont j’étais prête à assumer la non réussite en envisageant que je n’aille pas au bout du trek.

Deux mois que je ne pensais pas que je trouverai longs, même si le retour est toujours difficile.

Sauf qu’au choc du retour s’est rajoutée une inconnue que je n’avais pas prévue, le retour de mon intruse. Et que s’est reposé le problème de ce traitement que je ne suis pas sûre d’arriver à reprendre. Et l’acceptation de ma maladie aussi puisque cela fait maintenant deux poussées espacées dans le temps et dans l’espace, des critères cliniques qui s’additionnent aux critères radiologiques qui suffisaient à mon neurologue pour poser son diagnostic. Mais pas à moi.

Un nouveau travail de deuil et d’acceptation donc qu’il m’a fallu commencer à faire sans son aide mais avec celle de mes amis du réel et du virtuel (un merci particulier à toi Tisseuse). Avec l’aide de l’écriture aussi dans laquelle j’arrive souvent à exprimer ce que ma bouche se refuse à dire, ce que mon être se refuse à accepter. Mais quand cela finira-t-il  alors que le fragile équilibre que j’arrive péniblement à construire à chaque irruption de ma sep est sans cesse remis en question?

Je suis une vraie funambule en équilibre précaire sur le fil de cette maladie, j’avance parce que je ne peux pas m’arrêter au milieu du fil mais je ne sais pas quand sera le prochain support où me poser un peu plus calmement.

Elle est en tout cas un de ces balanciers qui m’aident à me maintenir en équilibre, même instable, sans que je ne chute dans un vide qui me semblait attirant il n’y a pas très longtemps.
Je suis heureuse de la retrouver, elle qui m’a amenée sur le chemin de l’écriture pour m’aider à retrouver la parole.

Publié dans Scènes de vraie vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ddlaplume 12/10/2008 11:06

   Bonjour Pandora,            L'image est merveilleusement imaginée.            Cette funambule se trouve en équilibre sur un voile de fumée blanche, entre terre et lune.            Tu es ce personnage entre deux poussées de la maladie, en attendant un répit.            L'écriture est donc ce balancier qui te soutient en équilibre.            Je suis un de tes lecteurs qui amplifie ce soutien.             Bises.            dédé.

pandora 12/10/2008 13:46


Bonjour dédé, je ne sias pas de qui est l'image mais elle reflète très bien ce que je ressens en ce moment ;-)
Ma psychologue est un des balancier, l'écriture en est un autre, et vous aussi ;-)
Bises


thaddee 12/10/2008 10:13

Elle t'attendait au retour, l'intruse. Elle t'aura au moins, donné les mots pour en parler. Je ne sais pas ce que c'est d'avoir une grave maladie, j'ai peur de me montrer maladroite dans mes com., alors juste je te dis bon courage, et crois en la guérison...

pandora 12/10/2008 13:39


Il n'y a pas de guérison dans la sep... mais c'est gentil quand même. Je comprends ce que tu veux dire ;-)


Cacoune 11/10/2008 19:38

Ton écrit me touche mais je ne sais pas l'exprimer... désolée :(

pandora 11/10/2008 22:57


Toi aussi tu as des problèmes avec la parole? ;-)


caro_carito 10/10/2008 21:30

Oui et ce n'est pas juste une petite décision, il ya des ramifications qui n'en finissent plus, des chemins qui se ferment d'autres qui s'ouvrent.:o) Nous nous ocmprenons...

pandora 11/10/2008 18:22



C'est encore très flou pour moi, je ne suis pas engagée très loin sur le chemin, mais oui, nous nous comprenons ;-)



caro_carito 10/10/2008 19:37

Ce qui est bien c'est d'accepter que l'on ait besoin des autres. vital même...Je sais que pour moi cette dépendance et la fragilité du handicap c'est insupportable... parfois. De moins en moins...

pandora 10/10/2008 20:22



Oui, c'est un pas que je commence à franchir ;-)
Je t'entends et te comprends...