Faites des gosses: la suite de Aude

Publié le par pandora

Toujours dans le cadre de samedidéfi, voici la suite de "faites des gosses" qu'a écrit Aude... Je la trouve très réussie et restant dans le style polar du début, ce que je n'ai pas réussi à faire avec le texte de Val...
Je vous ai remis ma partie en plus petit, pour ceux qui ne l'auraient pas lue samedi dernier.


John a été très laconique au téléphone mais son ton était on ne peut plus clair : ça chauffe. Après plus de dix ans à bosser ensemble, John et moi formons presque un petit couple, nous comprenant à demi-mots. Attention hein, en tout bien tout honneur, j’ai une femme et trois gosses. Enfin j’étais marié, Gloria est partie depuis un paquet d’années, jalouse de mon boulot, et je l’ai remplacée progressivement par la bouteille. Bref, il semble que ça bouge dans l’enquête que nous menons suite au meurtre du professeur Atkinson. Une sale affaire : il a été retrouvé mort par sa femme de ménage, à moitié nu et l’autre moitié, celle du haut, emballée dans des vêtements de latex plutôt moulants qui ne ressemblent pas à la tenue que l’on attend d’un professeur de physique pressenti comme l’un des futurs prix Nobel. Aucune idée si ça se donne à titre posthume ce genre de chose, mais sinon c’est râpé pour lui. Et outre son habillage, le respectable professeur a été émasculé et personne n’a réussi à remettre la main sur ses bijoux de famille. Une affaire pour laquelle on nous attend au tournant, le téléphone n’arrêtant pas de sonner dans le bureau du commissaire. Nous marchons sur des œufs.

Nous nous sommes partagés le travail et pendant que j’épluche les factures de téléphone, les relevés bancaires et tous les documents qui pourraient nous mettre sur une piste éventuelle, John furète du côté des bars à putes où il se pourrait que le professeur bien sous tous rapports, mais amateur de latex, aille défouler ses instincts particuliers de mâle insatisfait par sa bourgeoise et amateur de plaisirs très particuliers. Et pour avoir interrogé sa bourgeoise toute la matinée d’hier, je le comprends un peu d’aller voir ailleurs (par contre je suis allergique au latex, ça me donne des boutons). Et il semble donc que John soit tombé sur quelque chose d’intéressant.

Me voilà parti à toute blinde vers la gare heureusement proche où se croisent dans une ambiance interlope les voyageurs, les toxicos et les pervers  de notre chouette ville. Notre fond de commerce. Nous y trainons régulièrement et je connais donc le coin comme ma poche. John m’a dit de le rejoindre au « pink flamand », un bar plutôt mal famé situé à la frontière entre le quartier de la gare et celui du port. Je me gare au plus près comme je pouvais, sans me soucier des panneaux d’interdiction. Y a pas trop de satisfaction dans ce boulot à fréquenter les macchabées et les criminels, alors autant profiter des rares avantages. Je vérifie que mon pétard est fonctionnel, j’enfile par-dessus ma veste de complet râpé et j’entre dans le bar, roulant des mécaniques comme le cow boy que je ne suis pas mais auquel je veux donner l’impression de ressembler. Dans ce job, c’est 90% d’intox contre 10% de réels problèmes, la première permettant d’éviter les seconds. Je montre ma plaque au videur et m’avance dans le bar où des filles en petite tenue servent des boissons à des hommes qui pourraient pour la plupart être leur père. Des types qui n’ont absolument pas soif mais qui doivent exhiber leurs dollars avant de pouvoir sortir leur engin. L’une d’elle s’approche mais n’insiste pas quand elle me reconnait. Ces nanas sont un vrai radar à flics. La barmaid, que j’ai fait coffrer la semaine dernière, me fait un clin d’œil ironique et le directeur assis au bar m’apostrophe (La venue de la police n’est jamais bonne pour les affaires).

« J’espère que vous n’en avez plus pour longtemps avec Cindy, ça fait une plombe que votre collègue discute avec elle. Je vous signale qu’elle est sensée bosser et ramener un peu de fric pour justifier son salaire exorbitant ».

Je passe en faisant semblant de ne rien avoir entendu, ayant repéré John assis dans un des boxes privés du fond. Il parle à une pute d’un âge certain que l’épaisse couche de maquillage qui la recouvre rend incertain, Cindy probablement.

- Michael, te voilà enfin. Je te présente Cindy. Sais-tu que Cindy connaissait bien le professeur ?

- Ah bon ?

- Ouaip, c’était même un sacré numéro paraît-il, pas vrai Cindy ?

Je m’assois en face d’eux et regarde Cindy qui me fixe à son tour d’un regard bovin en mâchant son chewing gum.

- Un sacré cinglé plutôt, dans le genre bon à enfermer. J’vous dis pas c’qui m’demandait de lui faire. D’ailleurs souvent on faisait ça à deux, avec Jessica. Et vendredi soir, comme je n’étais pas dispo, c’est elle qui y est allée toute seule.

John me fait un clin d’œil de connivence, vendredi soir est le soir du meurtre. C’est effectivement du chaud brûlant qu’on tient là avec une première piste très sérieuse et peut-être même notre suspect. Suspecte en l’occurrence.

- D’ailleurs elle est là-bas. Jessica ramène toi voir par là…

Nous nous retournons de concert vers Jessica une jolie blonde au sourire qui se fige en me voyant, en même temps que je sens ce qui me reste de cheveux, c’est à dire vraiment pas grand-chose, se hérisser sur ma tête. John, qui a reconnu lui aussi ma fille se lève pour rattraper Emily qui essaie de s’enfuir en se précipitant vers la sortie tandis que je reste les fesses scotchées au fauteuil.

Ma fille Emily se prostitue dans un bar à pute et est le suspect numéro un dans cette sale affaire de meurtre. Je ne pense pas m’être jamais senti aussi seul qu’à cet instant. Faites des gosses qu’ils disaient.

Moi en tout cas je boirais bien un scotch. Double au moins.

…………………………………………………………………………………………………..

 Le temps que John me ramène ma fille, j’ai déjà éclusé deux verres. Elle est pas fiérote la môme. Ça me rappelle quand elle ramenait un mauvais bulletin de l’école. Elle faisait cette tête là aussi la fois où elle avait filé rencard au fils du quincaillier en douce et que cet abruti avait jeté un caillou à la fenêtre de notre chambre plutôt qu’à la sienne.

          - Alors Emily, ou plutôt Jessica, t’as des trucs à nous raconter ?

- Non Papa ou plutôt Inspecteur.

- Monsieur l’Inspecteur, je préfère.

 Je la regarde ma môme, une sacrée belle môme, tout le portrait de sa mère, plus jolie même. Elle a toujours eu le don pour se fourrer dans des sales galères et faire les mauvaises rencontres au mauvais moment. C’est vrai aussi que je ne m’en suis pas beaucoup occupé après qu’elle soit partie vivre avec sa mère. Je pensais que ça serait mieux. Pas sur. Je me ressers un verre. Je vois son regard implorant se poser sur mon scotch. Ah c’est bien ma fille. Je lui tends le verre. Cul sec qu’elle se l’enfile la petiote. Ailleurs, j’aurais pu en être fier.

Je secoue la tête. Ça va pas. Emily, elle ne supportait pas qu’on touche à une mouche, alors tuer un mec. J’y crois pas. Je demande à rester seul avec elle. John comprend, il est chouette John. On nous emmène dans une chambre vide Emily, la bouteille et moi. C’est que l’atmosphère n’est plus trop à la bagatelle ici !

Elle se tient crânement devant moi, la tête bien droite comme quand elle allait à ses cours de danse. Elle était mignonne avec son tutu. Dur de se dire qu’elle a remplacé le tutu par la turlutte à la chaine !

 

- Tu me crois coupable hein ?

- Non.

  Regard surpris. Qu’elle a de beaux yeux ma fille.

                - Pourtant je le suis.

- Arrête Emily, t’as toujours menti. Comment veux tu que je te croie.

- Pourquoi je m’accuserai à tort ?

- T’as toujours fait des trucs comme ça. Tu planquais des boulettes de terre pour effrayer ta mère. Elle pensait que c’était du cannabis. J’vais pas te laisser t’accuser. Allez tu veux couvrir qui ? ton protecteur ?

- Mêle pas Dylan à tout ça. Il est blanc depuis qu’il est sorti de taule.

- Dylan, c’est pour lui que tu tapines ? Ce petit crétin boutonneux fils de ce voleur de quincaillier ?

Elle ne répond pas, baisse la tête. J’ai jamais pu l’encadrer le Dylan pas seulement parce qu’il m’avait réveillé au milieu de la nuit en se trompant de fenêtre. Je sentais la raclure en ce type. 

- Ce ne serait pas la première fois que tu le couvrirais. Quand il avait esquinté le vélo de la voisine, t’avais dit que c’était toi pour pas qu’il se fasse engueuler. Tu crois qu’on n’avait pas deviné.

 Et là elle craque ma petiote.

                   - Il m’avait forcé à mentir. Il disait qu’il crèverait les yeux du chat sinon. 

J’ai jamais pu la voir pleurer.

 

- Et là, il t’a menacé de quoi pour que tu le couvres ?

- De crever les yeux d’Arthur ?

- Arthur ?

- Ton petit-fils.

  Je le bois au goulot le scotch pour le coup. Elle s’effondre, déballe tout.

 

- Je voulais qu’il m’offre une bague parce qu’il m’avait forcé à vendre celle de grand-mère. Alors il a tué ce type, lui a coupé les couilles en me disant : « Ah tu regrettes tes bijoux de famille, et bien en voilà et ils sont chauds même s’ils ne sont plus de première fraicheur. ». 

Je savais bien qu’elle ne tuerait pas une mouche ma fille.



Et je vous mets quelques photos du Zanskar cette après-midi, histoire de faire un peu quelque chose quand même ;-)

Publié dans guest star

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

joye 14/10/2008 14:48

Re-bravo au duo dynamique !

pandora 14/10/2008 17:36


;-)


nina de zio peppino 14/10/2008 12:01

on se croirait au cinéma…Quel travail!

pandora 14/10/2008 17:36


;-)


Aude 14/10/2008 08:44

Si j'ai réussi mon défi, alors je suis heureuse!

pandora 14/10/2008 17:34


Tu peux être heureuse, tu as réussi haut la main, j'aime beaucoup ta suite ;-)


mariev 14/10/2008 07:59

oh la la, bien dans le ton et de ton texte, et de l'ambiance du polar, c'est un vrai délice!;)

pandora 14/10/2008 17:34


oui, je trouve qu'elle s'en est très bien sortie ;-)


Godnat 14/10/2008 07:54

Bravo à toutes les deux ! Aude est bien restée dans le style de ton texte !Bonne journée Pandora

pandora 14/10/2008 17:33


;-)