Je sais tout

Publié le par pandora

Les mots dansaient devant mes yeux en sarabande, mon cœur battant la mesure. Le téléphone qui sonne la nuit n’annonce jamais de bonnes nouvelles, je le sais mais j’ai choisi de me lever. Mauvaise idée : un appel anonyme avec un message menaçant, « je sais tout ». Inquiétant puisque je suis loin de me sentir comme la blanche colombe.  Celui qui a dit qu’il n’y a pas de fumée sans feu… a complètement raison!

Oui, comme tout le monde, j’ai mes petits et mes gros secrets, mes cadavres cachés sous le tapis. Au sens métaphorique bien sûr, n’appelez pas tout de suite la police ! Pas mal de choses dont je ne suis pas fière. Mais surtout une double vie qui pourrait faire de ma vie un roman ; sauf que je préfère que ce livre reste publié à compte d’auteur et à diffusion restreinte. Alors ce « tout » me semble plutôt inquiétant même si rien n’indique qu’il ne s’agisse pas simplement d’une mauvaise blague. De celles que j’ai pu faire à une époque où les textos n’existaient pas encore, à une époque suffisamment lointaine pour être prescrite aujourd’hui, même si mon âge est loin d’être canonique. Ne soyez pas désagréables !

La sonnerie d’un nouveau message rend la menace plus précise : « Je sais tout TalonAiguilles ». Mon pseudo de bloggeuse qui apparait sur le téléphone portable de ma vraie vie, l’irruption du virtuel dans ma réalité que je croyais pourtant avoir su préserver. Mais il semble bien que quelqu’un ait percé le secret pour s’introduire par effraction dans mes deux vies. Je me sens oppressée, ne sachant pas comment réagir, ne sachant pas d’où vient la menace, ne sachant pas ce que cet(te) inconnu(e) me veut. Ne sachant pas d’où vient la faille. Un vrai cauchemar.

Je sursaute brutalement à la nouvelle sonnerie qui annonce encore un texto, on dirait en tout cas que l’importun a un forfait SMS suffisamment grand pour me gâcher ma nuit. Déjà 2h37, la matinée de travail va être difficile. « Est-ce que ton patron aime tes poèmes TalonsAiguilles ? ». Oups ! Je n’ai plus sommeil tout d’un coup. La matinée de travail ne sera difficile que si j’ai la chance de toujours en avoir un dans les heures qui viennent, ce qui n’a rien de garanti. Parce que non, mon patron n’aime pas particulièrement les poèmes. Et il n’aimerait surtout pas ceux que j’ai écrits qui parlent de lui. Le « nain maudit », « Le chauve mégalomaniaque » ou « Le roi des cons » pour ne citer que les plus récents. Si certaines vérités sont bonnes à dire (surtout pour permettre à la petite assistante que je suis de se défouler), elles ne sont pas toutes bonnes à lire (surtout pour l’intéressé). Et je ne parle que des poèmes le concernant et pas de tous les autres, ceux qui ont fait la renommée de mes écrits dans toute la blogosphère, les poèmes de mon blog « petits secrets et gros fantasmes ». Non, plus j’y pense et moins je crois que mon patron aimerait ce qu’il découvrirait, même si je pense que TalonsAiguilles ne le laisserait pas de marbre…

La nouvelle sonnerie me fait sursauter brusquement, un bip insistant qui ressemble étrangement à la sonnerie de mon réveil. J’émerge doucement. Les chiffres rouges indiquent 06:00, l’heure de me lever. Les draps complètement défaits témoignent de l’agitation de ma nuit, ce rêve étrange dont j’ai déjà du mal à me souvenir, ce rêve qui me laisse pourtant très angoissée. Une histoire de téléphone et de SMS je crois. Et il y avait aussi mon blog. Je me souviens que je m’y sentais profondément mal à l’aise et même en danger, mais pas moyen de me rappeler plus précisément ce qui s’y passait…

Je me lève rapidement pour aller prendre mon petit déjeuner devant l’ordinateur et voir si j’ai eu un commentaire sur mon dernier poème, « L’impuissant décérébré », qui parle de mon patron. Parfois je me demande si je ne vais pas trop loin et m’effraie des conséquences que cela pourrait avoir si quelqu’un du travail tombait sur mon blog mais c’est tellement jouissif de pouvoir écrire ce que je ne peux pas dire. Qui imaginerait que la sensuelle TalonsAiguilles se cache derrière la petite assistante timide et réservée au sempiternel tailleur gris, aux grosses lunettes de myope et à l’austère chignon ? Qui imaginerait la passion et la fougue qu’une banale secrétaire met dans ses écrits le soir venu? Qui imaginerait les horreurs qu’une employée modèle peut débiter sur son patron une fois installée derrière son écran ?

Quand je pense que je viens d’être augmentée, quelle ingrate ! S’il savait ce que je pense vraiment de lui! Mais pour le savoir, il faudrait qu’il arrive à se servir d’un ordinateur et je suis bien placée pour savoir que ça n’est pas près d’arriver. Tant mieux pour TalonAiguilles et surtout tant mieux pour moi sans quoi je risquerais fort de pointer au chômage.

Des Talons Aiguilles qui pointent, la boucle serait pourtant bouclée !



[ Un exercice d'écriture pour les impromptus]

Commenter cet article

sportif_imbecile 29/11/2008 00:18

Osé et marrante ta démarche. Dieu que ça doit défouler j'imagine...

pandora 29/11/2008 11:16



Heu, je ne suis pas talonsaiguilles ;-))


Marrant ton pseudo, bienvenue chez moi en tout cas ;-)



Martine27 21/11/2008 17:10

Ah, ah on cache bien son jeu !

pandora 22/11/2008 10:28


Oui, il a une femme de braise derrière la toile ;-))


Godnat 21/11/2008 07:47

On ne peut pas commenter sur les TCA ? N'ai pas si honte, on ne va pas t'engueuler !!!

pandora 21/11/2008 10:33



Oupps, une erreur de manip ou un acte manqué peut-être ;-)


Je les remets si vous ne m'engueulez pas ;-))



Homéo 20/11/2008 21:40

Comme toujours Pandora j'ai adoré, et la dernière phrase est d'une beauté, je sais pas si ce sont les mots, la sonorité ou les images que j'y associe mais il y a une telle sensualité c'est déroutant...

pandora 21/11/2008 10:22



Merci beaucoup Homéo ;-)


Je ne sais pas pour la dernière phrase, on se recréée tous des images et une ambiance à partir des mots, et TalonsAIguilles a dû t'emmener dans son univers sensuel
;-)


L'essentiel est que cela te parle ;-) Je suis souvent étonnée par les interprètations que font les lecteurs de certains textes, ils y trouvent souvent des choses que
je ne croyais pas y avoir mises ;-)



Bigornette 20/11/2008 19:25

Quel talent !...chaque fois tu m'emportes dans ton histoire...jusqu'au bout sans que je m'ennuie un instant...amusant cette histoire de blog...et je suppose que certains ou certaines pourraient frémir en te lisant... hihi...bisous Pandora

pandora 21/11/2008 10:17


Merci Bigornette, je pense que chaque blogueur a dû se retrouver, un peu, dans TalonsAiguilles ;-)