Le compte est bon

Publié le par pandora

Un texte trop personnel et écrit trop en retard pour les défi du samedi
Donc juste pour vous ;-)

COMPTEZ*-NOUS UNE EXISTENCE, (la vôtre, une imaginaire...) UN RÉCIT DE VIE...

* et il n'y a pas de faute d'orthographe, comptez-nous une vie ! ! !



Une : Il fait chaud mais c’est supportable, il est tôt. Personne ne se baigne, je vais attendre encore un peu. Depuis "les dents de la mer", je ne rentre jamais la première dans l’eau. Fût-elle Méditerranée.

Deux : Je pédale tranquillement pour rentrer chez moi, la tête ailleurs, une portière s’ouvre. Boum.

Trois : Il est grand, il est beau, il est fier. Je sais que c’est lui. Ses mains grandes et délicates, son sourire, sa démarche à la fois énergique et nonchalante. Ses fesses.  Ca ne peut-être que lui.

Quatre : Je cours du plus vite que je peux pour échapper à mes poursuivants, j’ai mon sac plein et lourd mais pas assez pour me ralentir, c’est la dernière quête, je saute…. Trop tard, un sort de boule de feu me grille sur place. Comme il n’est que 2 heures du mat, je réessaye une dernière fois…

Cinq : De petites bougies sont allumées partout dans la pièce. Nous sommes avachis sur le sol et les coussins autour d’un cercle de lettres et un verre. Ricanant et éméchés, une main sur le verre pour essayer de communiquer avec l’au-delà dans une séance de spiritisme. Ratée. Un peu de frissons mais beaucoup trop de fous rires.

Six : J’ai mal au talon dont l’ampoule s’est infectée. Il me faut plus de dix minutes pour enfiler la chaussure et une petite heure pour marcher sans boiter. Je n’ai plus jamais mis de chaussures neuves pour commencer un trek.

Sept : Je pédale de toutes mes forces pour évacuer ma rage, pour que mes larmes soient emportées par le vent. Les résultats étaient affichés ce soir sur les portes vitrées de la fac. J’ai planté mon année.

Huit : Je le tiens dans mes bras, il dort, il a l’air si fragile. Je suis Tatie, pour la première fois. Le début d’une petite série. Le bébé mesure maintenant 1m84.

Neuf : Je pose ma tête contre son épaule nue. Mes cheveux collent à mon front. Il pose sa tête contre la mienne et me caresse la joue de sa main libre. Je suis bien, détendue. C'était bien lui.

Dix : Ma famille et mes amis sont là et je suis très fière, une journée qui marque. Une page se tourne. Je vais voler de mes propres ailes, enfin diplômée.

Onze : J’ai mal à la tête. Trop fumé. Trop de café. Trop de chocolat. La gueule de bois. Fichue migraine.

Douze : Je cours avec mon ami, nous discutons et rions sans nous soucier du chronomètre. Il y a des orchestres dans les virages et il fait beau. En prenant ma douche, c’est bizarre, j’ai l’impression que ma jambe gauche dort par rapport à la droite….

Je n’ai ressenti que de la douzième. Et les autres ? Etaient-elles là aux bons ou aux mauvais moments ? Sont-elles là depuis longtemps ?

Douze plaques mais je n’ai vu passer que la dernière.

Pour les autres je ne peux qu’imaginer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

thaddee 07/12/2008 14:05

Troublants, ces morceaux de vie... J'aime bien.

PriscaCoune 07/12/2008 13:10

Très beau texte malgré le thème :(Je tembrasse.

Godnat 07/12/2008 10:52

Bouleversante chute.

fée des agrumes 07/12/2008 10:33

Texte très pudique Quand la vie ne se résume pas à la maladie. C'est un accroc, un virage inattendu qui n'empêche pas d'avancer.

Tisseuse 07/12/2008 09:33

je n'ai pas vu venir la chute :(au début j'ai compris que c'était une façon de marquer les étapes qui mènent à la maturitéet puis plaque à tras !!!dans la langue populaire, 12 plaques cela ferait un bon magot....de toutes façons, on ne sait pas vraiment comment cela commence à se mettre en place cette histoire de plaques, ni surtout quand, et est-ce que cela à tant d'importance que ça de savoircela ne changeait rien sur le moment à ce que tu vivais, ni qui tu étais.....c'est au moment de l'annonce que tu as commencé à te projeter dans la peur du futur, pas tant que tu vivais au présent....sans le savoirje pense très fort à toi  et te souhaite un bon dimanche ;-)