Fumet d'enfance (2/2)

Publié le par pandora

La suite du billet précédent, juste en dessous...

Et tous les deux de s’esclaffer à nouveau en se resservant un liquide verdâtre duquel il ne reste plus grand chose dans la bouteille. Ceci expliquant cela.  La porte s’ouvre alors avec fracas et les gros rires avinés de nos deux compères s’interrompent brutalement, les regards de connivence se transformant en regards gênés.  Deux silhouettes se découpent à contrejour, menaçantes, dans la lumière aveuglante de la cour extérieure.

 

A mesure qu’elles se rapprochent, leurs pas claquant en résonnant sur les pavés de la salle principale du château, elles se matérialisent progressivement en deux femmes que tout oppose. La plus grosse, toute en rondeurs, est vêtue d’une robe verte informe recouverte d’un grand tablier, vert lui aussi et ses longs cheveux roux sont ramenés en un sévère chignon. Elle a de magnifiques yeux dont le vert est rehaussé par le rouge de son visage, la colère faisant ressortir les tâches de rousseur qui constellent ses joues. L’autre, aussi maigre que la première est grosse, porte une longue robe noire et un chapeau pointu sur des cheveux filasse.  Son visage très pâle, au nez crochu, semble tout aussi en colère.

Elles rejoignent un grand loup au pelage poivre et sel et un énorme ogre assis à une lourde table de bois qui essayent en vain de se donner une contenance et de cacher la bouteille, cet objet de plaisir devenu celui du délit. Ils se tiennent penauds devant leurs épouses dont ils n’osent pas affronter le regard. Le redoutable ogre les observe du coin de l’œil et semble se demander à quelle sauce il va être mangé et les oreilles du loup sont tombées si bas qu’on pourrait presque le prendre pour un teckel. Parce que ces dames, ou plutôt devrions-nous dire ces créatures, ne sont vraiment pas contentes. La Fée Carabosse se rapproche du loup d’un air sévère :

-   Mais vous n’avez pas honte espèces d’ivrognes. Vous saouler en pleine après-midi ! Tu sais bien que ce n’est pas bon pour ton foie, le véto te l’a déjà dit.

-   Héhé Cara, on ne faisait que trinquer à la santé du bon vieux temps, enfin tu sais quoi... du temps où… Oh ! J’aimerais tant pouvoir recroquer de l’enfant.

Et le grand loup de pousser sa chaise pour se reculer et hurler à la mort à l’intérieur du château, son cri faisant d’envoler toutes les chauves-souris et autres bestioles réfugiées sous les poutres du haut plafond. La fée Carabosse, radoucie, le regarde tendrement et pour lui rendre le sourire lui promet à l’oreille d’essayer d’attirer un enfant en se transformant en héroïne de manga lors d’une prochaine sortie scolaire dans leur forêt. Ou à défaut en un de ces stupides lapins ou cochons.

-   Oui Bibiche, reprend l’ogre en se tournant vers son épouse, nous parlions de mon plat préféré, tu sais le  délicieux délice, ces petits enfants que tu me mitonnais avec tellement d’amour. Je donnerais un bras pour en remanger une pleine marmite. Maudits parents qui ne laissent plus sortir leurs gosses dans les bois !

-   Tu sais bien que même sans ça, je continuerais à te laisser au régime…

-   Mais pourquoi Palsembleu ! tonne l’ogre d’une voix redevenue particulièrement menaçante.

-    Parce que le docteur a dit que tu avais trop de cholestérol et que tu ne finirais jamais le millénaire si tu continuais à te goinfrer comme tu le fais !


Texte écrit pour les fanes de carottes sur le thème du délicieux délice et retravaillé avec Sébastien






Je suis toujours ennuyée quand mes billets sont très longs, parce que j'ai peur de vous effrayer. Je vous ai donc publié cette histoire en deux fois, préférez-vous cette option ou tout en une fois même si c'est long?

Ca faisait longtemps que je n'avais pas fait de sondage ;-))
Votre avis m'intéresse ;-)



Publié dans textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thierry Benquey 08/12/2008 09:35

Qu'est ce qui est le mieux, le moins pire ? Que nos enfants soient dévorés par un ogre qui les aime en sauce ou par des ogres de zéro et de un ?J'ai bien aimé.Merci SOurireThierry

thaddee 07/12/2008 14:07

Oh si, j'ai peur :-)

PriscaCoune 07/12/2008 13:16

A quelle sauce, le délicieux délice ? :o)

Tisseuse 06/12/2008 18:03

j'suis vachement déçue :(je croyais que dans les contes, les personnages n'avaient pas de problèmes de ce genre : cholestérol et tout le toutim !

pandora 06/12/2008 22:21


J'ai une vilaine tendance à déformer les contes...
Et le conte de Noël écrit pour les fanes (en attendant celui des impromptus) est encore pire...


Godnat 06/12/2008 17:38

Bon je suis rassurée, je peux laisser mon fils aller jouer dans la forêt !