Mordikus et le Père Noël, deuxième partie (1/2)

Publié le par pandora

La suite du conte de Noël écrit pour les impromptus dont vous trouverez la première partie ici

Mordikus est tellement absorbé dans ses pensées qu'il en oublie les règles élémentaires de prudence, de celles que l'on apprend à un âge où l'on croit encore au Père Noël, à savoir regarder avant de traverser la route. Ce qui devait arriver arrive donc. Brutalement. il est renversé par une voiturette sans permis bleue métallisé conduite par un joyeux fêtard (avec un peu d'avance) à qui l'on a justement retiré le permis pour conduite en état d'ivresse. Mordikus n'est que légèrement blessé mais en retombant il s'est mal réceptionné et un important et rapide gonflement de son poignet droit laisse augurer une fracture et l'impossibilité de chasser le dragon sur sa console pendant quelque temps.


Comme la taille dudit conducteur (2 mètres et 120 kg) n'est pas en rapport avec celle de ladite voiturette (2 mètres et 1200 kg), Mordikus préfère modérer sa colère en se maudissant de ne pas avoir davantage regardé ce qui se passait autour de lui. On l'évacue vers l'hôpital le plus proche où ses parents accourent bientôt, catastrophés. Il est déjà 18 heures et la soirée du réveillon apparaît compromise, particulièrement quand le médecin leur annonce qu'il va falloir opérer la fracture. Le service des urgences est très embouteillé en raison de l'ouverture des huitres et des chutes de sapin (le classique du jour de Noël) aussi il ne sera opéré que dans la nuit Mordikus renvoie ses parents qui voulaient attendre avec lui en leur rappelant qu'il n'est plus un gamin et qu'il a une petite sœur. Sa mère est ravie, tant de l'autonomie de son fils que de la perspective de voir le Père Noël, elle qui y croit encore. Et son père se demande ce qu'il fait dans cette famille et s'il n'y aurait pas un dahu à aller chasser quelque part.

Il est maintenant plus de 21 heures, il attend allongé dans son lit d'hôpital. Sans manger. Non que l'infâme repas de fête préparé par les cuisiniers de l'hôpital le tente, mais cela commence à faire long depuis midi. Tout ça, c'est de la faute du bonhomme en rouge. Et maintenant il ne pourra pas passer la nuit près du sapin pour gagner son pari et son miroir magique. Celui qui permet de voir dans le futur. D'ailleurs, c'est probablement pour cela qu'il y a vu la voiturette bleue. Ce qui l'inquiète davantage est d'avoir vu la boutique de Maitre Chang sous le soleil, un balai et un aspirateur posés près du mur...

- Tout va bien Mordikus ?
Encore un mythe qui s'écroule, cette infirmière quoique très sympathique, pèse plus de 100 kg et ne ressemble en rien aux photos qu'il peut être amené à rechercher de temps en temps sur le net. Pour ses exposés bien entendu:
- Oui, merci. On m'opère bientôt ?
- Tu es le prochain, on devrait bientôt te monter au bloc. Pas trop triste de passer Noël dans un lit d'hôpital ?
- Non, vous savez, moi tant que j'ai mes cadeaux !
- Et la magie des fêtes alors ? Et le Père Noël ?
- Euh, vous plaisantez, là ?
Mordikus regarde l'infirmière d'un air inquiet en se demandant s'il est vraiment en sécurité dans des mains pareilles. Elle lui sourit sans lui répondre mais il n'a pas le temps de s'angoisser davantage puisqu'on vient alors le chercher pour l'opérer.

(à suivre)



Commenter cet article

enriqueta 07/01/2009 13:37

Il a quel âge Mordikus?

martine27 06/01/2009 18:14

Eh ho, je dépose une réclamation, il était en deux épisodes ce conte, pas en trois, brute

Thierry Benquey 06/01/2009 09:28

Suspens et humour. J'aime beaucoupAMitiéThierry

Filo Filo 06/01/2009 08:55

Mordikus va s'en sortir, dis, Pandora ?

godnat 06/01/2009 07:49

Pour le dahu, il faut venir en Franche-Comté !