Souvenirs d'enfance

Publié le par pandora

Un texte écrit pour les impromptus sur le thème des souvenirs d'école ...



Un mardi après midi sur le chemin de l’école. Un groupe d’enfants pleins d’énergie court plus qu’il ne marche en jouant  sur le trottoir. Un passage piéton.

Une enfant aux cheveux bruns s’élance pour  traverser. Un crissement de freins. Le choc.

La petite fille se relève pour s’écrouler sur le trottoir. Des adultes s’approchent et s’inquiètent. On appelle les secours tandis qu’un parent conduit le reste du groupe d’enfants, dont une blondinette en pleurs, à l’école.

Dans l’ambulance qui la conduit aux urgences, la petite fille renversée ne pense pas à ses blessures mais s’inquiète de l’engueulade qu’elle va recevoir quand ses parents seront mis au courant.

Dans la cour de l’école, la petite fille blonde pleure toutes les larmes de son corps en demandant aux maitres et aux maitresses si sa sœur va mourir. Cette grande sœur avec laquelle elle ne cesse pourtant de se disputer quand elles sont ensembles

Aux urgences, le gendarme demande à la fillette de quelle couleur était le petit bonhomme. Elle ne sait plus très bien mais elle sait qu’il faut répondre vert si elle ne veut pas se faire gronder. Et comme le policier insiste, il deviendra même vert clignotant. Avec le soleil.

Sa mère sera bien sûr tellement heureuse de la retrouver sans trop de mal qu’elle la serrera dans ses bras et l’embrassera sans lui faire de reproches. Et quand elle reviendra à l’école, quelques jours plus tard, elle exhibera fièrement ses marques et ses bleus. Particulièrement celui de la cuisse, énorme, qui passera du bleu au jaune puis au vert. Puis au noir. Elle deviendra temporairement la star de la cour de récréation.

Et les deux sœurs recommenceront bien vite à se disputer pendant encore quelques années.

 

Ce n’est que beaucoup plus tard que j’apprendrai que ma petite sœur inconsolable avait passé toute l’après midi à sangloter sur un lit de camp dans le bureau du directeur de l’école. Ma petite sœur devenue grande qui depuis cet après-midi-là voit éclore de délicates fleurs de psoriasis à chaque fois que quelque chose la perturbe.

Publié dans exercices d'écriture

Commenter cet article

Hélène 28/01/2009 00:41

Ces souvenirs... Ma plus jeune soeur, alors qu'elle avait moins de 12 ans, s'est faite agresser dans l'escalier de notre immeuble...Des gens l'ont entendue crier mais ont cru qu'ils s'agissait d'amusements d'ados... A la maison les parents n'ont pas voulu la croire...et je suis allée avec elle porter plainte au comissariat... pendant dix ans elle n'a porté que des habits pour se dissimuler...Et ma soeur de 9 ans de moins que moi est devenue ma meilleure amie, alors que nous ne cessions pas de nous disputer...

pandora 28/01/2009 17:15


Je comprends que ta soeur a eu du mal à se relever de ça, d'autant que les parents n'ont pas suivi. Heuresement qu'elle avait sa grande soeur pour l'aider,
effectivement
Et passées les rivalités d'enfance, souvent on devient de bonnes amies, c'est aussi le cas pour moi et deux de mes soeurs


milliejolie 26/01/2009 21:54

j'ai aimé l'évocation simple d'un souvenir douloureux pour deux soeurs.

Enriqueta 25/01/2009 17:25

Quel souvenir!

godnat 24/01/2009 19:28

Quelle drole d'idée de vous séparer et de la laisser dans le doute et à l'école toute l'après-midi sans réconfort !

Bigornette 24/01/2009 17:59

une belle histoire, un souvenir réel si je comprends bien... c'est chouette, puisqu'il n'y a pas eu de drame...par contre beaucoup moins chouette le psoriasis...