L'autre côté du bureau

Publié le par pandora

Il s'était échappé prématurément alors que je voulais encore le retravailler, et finalement je suis à sec de texte... sans avoir pris le temps de m'y mettre... Tant pis ;-)


Le médecin est une personne comme les autres... il y a des bons et des mauvais, des tranchants comme une lame et des chaleureux qui vous mettent à l'aise, des très bons techniciens et des très bons communiquants. Le médecin qui est bon en tout est rare... (Surtout gardez-le si vous en avez un)

Et parfois le médecin passe de l'autre côté du bureau....

Il n'arrive d'abord pas à le croire parce qu'il croyait bêtement que son rôle de soignant le protègerait... Il n'est d'ailleurs pas le seul à le croire et doit supporter en période de  vœux des remarques du genre « Mais on ne vous souhaite pas la bonne santé docteur, hein ! »

Dommage, le docteur en aurait pourtant bien eu besoin.

Mais un médecin malade, c'est un peu comme une diététicienne obèse ou un dentiste à chicots, ça ne se peut pas, ça fait contre publicité. Alors le docteur fait comme s'il n'était pas malade.

Il comprend désormais certains de ces « problèmes de malade », il fait plus attention à sa façon de dire certaines choses, il essaie de rester humain sans sombrer dans la rancœur quand il a dans son bureau des malades qui n'en sont pas et voudraient tant l'être « Mais vous êtes vraiment sûr que ce n'est qu'un banal canal carpien et non une maladie neurologique grave et invalidante ? Ne voudriez-vous pas me prescrire plutôt une 5ème IRM histoire d'être vraiment sûr ? ». Il essaie de trouver un sens à ce qui lui arrive, même s'il n'y en a pas. Mais ça lui évite de sombrer.

Il essaie aussi de garder la distance qu'il faut, et de ne pas "pleurer" avec ceux qui viennent le voir avec la même pathologie que lui. Les mots « je vous comprend pour vivre la même chose » flirtent parfois dangereusement avec le bord de ses lèvres mais il est des secrets qui doivent le rester.

Le médecin est une personne comme les autres, mais certainement pas un malade comme les autres. Il sait ce qui l'attend, il se sent honteux devant ses collègues parce qu'il a changé de camp (comme s'il y pouvait quelque chose) et il voit dans leur regard leur peur de se retrouver à sa place.

Il sent qu'il les dérange en leur rappelant que non, être médecin ne protège pas.

Le médecin est une personne comme les autres que la maladie rend peut-être différent, peut-être et probablement plus humain. Mais un médecin malade n'en devient pas pour autant un meilleur médecin, s'il était mauvais, il le restera.

Le médecin est une personne comme les autres.





Commenter cet article

ddlaplume 13/02/2009 07:12

Bonjour Pandora,    Effectivement, les médecins sont des êtres humains comme tous les autres.    Ils ne sont pas immunisés contre les maladies.    Il m'arrive parfois de m'imaginer un bon toubib consulté par un mauvais. Que se passe t'il dans le cabinet... s'ils ne sont pas d'accord sur le diagnostic ?     Le médecin malade se sent certainement plus proche de ceux qui souffrent des mêmes symptômes. Mais il ne peut pas se plaindre puisqu'il doit écouter les autres.       C'est une situation terrible pour eux. J'associe ce moment à une intense solitude,  comme un acteur comique qui rentre sur scène...avec une grosse peine. Pourtant, il faut faire rire.       Là, il faut soigner et réconforter, en sachant parfois que tout est inutile, pour le patient et pour lui-même.       Un peu comme un curé qui prêcherait sans croire...!            Dans ce cas là, le médecin me fait penser à un cordonnier pieds nus.      Bises.      dédé.          

pandora 13/02/2009 12:06


Bonjour Dédé, je pense que le médecin malade a toujours la foi, à la différence de ton curé (ne parle-t-on pas de sacerdoce pour les études médicales?) mais il doit y
avoir des situations difficiles, oui
Bonne journée
Bises


Vanina 12/02/2009 16:44

Certains musiciens deviennent sourds, certains peintres aveugles. Il y a ceux qui renoncent et ceux qui s'accrochent, s'adaptent.Les médecins, comme tu le dis, sont des "humains" comme les autres: il y a ceux qui donnent, il y a ceux qui prennent...La maladie ne rend pas un homme meilleur sauf si au départ il est déjà bon! (Les changements radicaux sont rares.)Il y a tant de personnes (médecins ou non) qui se cachent sous l'incontournable aphorisme: "ça n'arrive qu'aux autres!"Je pourrais ajouter mille et une chose à ce texte, mais je vais arrêter là... Ton texte suffit en fait!!!SourireVanina

pandora 12/02/2009 22:36


Merci de ton commentaire et de ta visite Vanina ;-)


Homéo 11/02/2009 22:18

Il est très beau ce texte, j'aime les médecins qui ne savent pas et j'ai toujours demandé à mon médecin "comment allez-vous ?" lors de nos rendez-vous. Il y a des patients qui sont attentifs à leur médecin, le mien me manque beaucoup.

pandora 11/02/2009 22:55


Merci Homéo, mais avec un pseudo pareil, ce texte ne pouvait pas te laisser indifférente ;-)
Pas de bon médecin aux huesses?


Oxygène 11/02/2009 20:11

Il est vrai que l'on devient bizarrement beaucoup plus compréhensif lorsque l'on est touché par les mêmes problèmes que son voisin, son copain ou son patient quand il s'agit, en l'occurence, du médecin. C'est dur de constater que seul le partage des problèmes rend certaines personnes plus tolérantes... Tu traites un sujet original et pas facile Pandora ! Bises à toi.

pandora 11/02/2009 21:10


J'aime la difficulté ;-) bises


val 11/02/2009 19:58

C'est un très beau texte. Très fort!

pandora 11/02/2009 21:09


Merci val ;-)