Tendi Sherpa l'homme qui marche

Publié le par pandora

Une petite rediffusion, ça vous dit ?

Non ?

Ben si !!! ;-)


                                                                             


Il s’appelle Tendi Sherpa et il est porteur au Népal, un de ces forçats de la marche, un de ces hommes qui marchent.
Chaussé de ses tongs, il avance fièrement, mètre après mètre et petit pas après petit pas dans la boue et sur les cailloux, dans la neige et sur le sable.
Heure après heure et jour après jour, c’est son quotidien de marcheur professionnel, rien à voir avec ces randonneurs du dimanche, ces trekkeurs qu’il accompagne quelquefois.

Il monte ainsi, à la force de ses mollets de coq, de quoi ravitailler les lodges le long des chemins de trek, en y apportant de quoi boire et manger. Le prix du coca-cola augmente avec l’altitude, c’est la loi de l’offre et de la demande, le prix de sa sueur.
 Son front est ceint, telle une couronne, d’un bandeau qui l’aide à répartir le poids de son fardeau et à le maintenir en équilibre le long des sentiers escarpés de montagne. Il porte ainsi une charge écrasante qui n’a rien de royale mais qui se compte en kilo, trente au maximum si la règle est bien respectée.
Elle l'est rarement.

Un bandeau qui n’est pas sans rappeler la couronne faite d’épines qui ceignait le front d’un autre marcheur sur les pentes du Golgotha, sa croix comme un fardeau. Son fardeau comme une croix, sa croix de porteur... son métier.

Si des yaks, plus forts et plus résistants, montent quelquefois les charges les plus lourdes, Tendi Sherpa est fier de ce qu’il fait et il se bat pour continuer à porter les marchandises le long des pentes himalayennes.

Parce que si un yak nourrit parfois toute une famille, un yak n’a pas de famille à nourrir.
Tendi Sherpa si.




Merci à Michel LAGARDE pour ses magnifiques photos que vous pouvez retrouver ici:
http://www.photoslagarde.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ddlaplume 22/02/2009 08:42

Bonjour Pandora,     Je demeure admiratif devant ces Sherpas qui portent la croix, non du pécher du monde, mais de certains chasseurs d'images et de sensations fortes, qui eux aussi, font un effort inhabituel pour rejoindre les cîmes.      Certes, ces porteurs n'avancent pas sous le fouet et les crachats des badauds, mais par l'intérêt du dollar. Il faut bien vivre dans ces hautes contrées. Leur métier et de porter, pour subvenir aux besoins de leur famille.   Cette relation entre le touriste et le poteur, est celle d'un employeur qui donne du travail à ces hommes qui en ont tant besoin.    En effet, le Sherpa a une famille a nourrir.    Merci pour ton témoignage.    Bises.    dédé.

pandora 22/02/2009 09:58


Bonjour Dédé,
Oui, pendant longtemps je me sentais très mal à l'aise pour ces sherpas (mais j'ai aussi eu beaucoup de mal à monter dans un pousse pousse, d'autant que je suis loin d'être légère)
Et pourtant, triste ou non, bien ou pas, c'est comme cela que ces hommes vivent et nourrissent leur famille... et quand je prenais un taxi au lieu de monter dans leur pousse pousse, c'est une
course qu'ils n'avaient pas.
Je m'arrange par contre toujours pour respecter la limite de poids qu'on nous demande pour les bagages pour ne pas qu'ils aient trop à porter (et leur réservais en général la barre chocolatée du
goûter que je ne mangeais pas mais que je mettais sur le sac pour celui qui s'en chargeait) Ce n'est pas grand chose, mais c'était ma façon de leur montrer que je les respectais.
J'espère que le niveau de vie dans ces pays montera considérablement pour leur permettre d'occuper d'autre métiers plus acceptable
Bises


Bigornette 21/02/2009 20:36

curieusement ça me rappelle Tintin au Tibet... car c'était la première fois que je voyais ce mot... j'ai découvert le rôle important des sherpas par la suite... bisous...

pandora 22/02/2009 09:48


Voilà l'explication au commentaire de Tisseuse à qui ce texte faisait aussi penser à la bédé ;-)
Un petit voyage dans le temps pour toi alors après le bachi bouzouk ;-)


Oxygène 21/02/2009 11:28

J'ai vu un jour un reportage sur ces courageux porteurs. C'est impressionnant ! Ils sont tellement courageux... ! On se sent honteux parfois avec nos plaintes pour des sujets "bidon"Chapeau et respect pour vous sherpas du Népal ! 

pandora 21/02/2009 13:21


Ils n'ont surtout pas le choix...Alors certains jouent et boivent et parfois ont tout perdu quand ils s'agit de redescendre et
de rentrer dans leur famille...
Le fait d'être bouddhiste et de croire en la réincarnation leur permet d'espèrer en des jours meilleurs, dans une nouvelle vie, mais ils seraient très étonnés de voir la socièté de loisirs qu'est
devenue la nôtre...


Tisseuse 21/02/2009 08:37

c'est fou parce que là aussi j'ai des images de Tintin au Tibet qui se superposent à ton texte

pandora 21/02/2009 13:15


Ca se passe au même endroit, mais je ne me souvenais pas qu'il y avait des porteurs dans la bédé