Ti bou dien

Publié le par pandora




Je me souviens de ce petit appartement d'un quartier périphérique de la ville, c'était notre première sortie « officielle » ensemble et la timide jeune femme que j'étais alors (je suis toujours aussi timide, mais désormais beaucoup moins jeune ) était à la fois impatiente et effrayée.

A cette époque je ne connaissais l'Afrique qu'au travers de ce que j'en avais lu et de ce qu'il m'en avait raconté, mais j'en étais déjà follement amoureuse. Comme de lui d'ailleurs, mais il m'a fallu beaucoup plus de temps pour l'accepter.

L'accueil fut chaleureux, les matrones aux formes opulentes et aux boubous colorés me mirent vite à l'aise et les hommes en djellaba me saluèrent simplement. Elles étaient magnifiques avec leurs coiffures élaborées, leurs pommettes hautes et rondes et leur bouche aux lèvres généreuses. Il me parlerait plus tard du raissal, ce blanchiment de la peau à partir de caustiques dont certaines femmes abusaient. Moi qui aurais tellement aimé être noire cette après-midi là.

J'avais laissé mes chaussures à l'entrée et marchais pieds nus sur les tapis qui recouvraient le sol. Je souriais en me rappelant qu'on me faisait toujours la guerre, enfant, pour que je mette mes pantoufles.

J'étais la seule blanche, une sensation étrange, mais je me sentais rassurée par sa main sur mon genou et ses coups d'œil attentifs pour vérifier que tout allait bien. J'écoutais sans comprendre, le poular et le wolof, les rires et les chansons de gestes. On me parlait parfois en français ou il me faisait la traduction mais je ne m'ennuyais pas, je me laissais bercer par la musique. Je le regardais parler et rire. Je me souviens m'être dit qu'il faudrait absolument que j'apprenne à parler quelques mots de poular pour quand nous irions ensemble en Mauritanie.

Le repas s'est fait à l'africaine, autour d'un grand plat rond dans lequel chacun piochait avec ses mains. On a voulu me donner des couverts mais j'ai refusé pour faire comme tout le monde. Même si ça les a fait beaucoup rire. Un Ti bou dien, ou riz au poisson, que j'ai dégusté comme il se devait. J'aimais quand il me faisait à manger mais je comprenais ce jour-là pourquoi il me disait que ça n'avait rien à voir avec ce que savaient cuisiner les femmes.

J'ai aimé cette convivialité et celle qui a suivi avec le rituel des 3 thés puis la boisson à base de fleurs d'hibiscus. J'ai aimé cette balade africaine, mais plus que tout j'ai aimé son regard quand je faisais maladroitement mes boulettes avec le riz ou essayais de boire la mousse au-dessus de mon thé, cette mousse décorative.

Il y avait déjà cette petite étincelle dans son regard.

Cette petite étincelle que j'ai mis si longtemps à appeler par son nom.

 

Commenter cet article

Oxygène 08/03/2009 18:31

Tu as beaucoup écrit dernièrement ou c'est moi qui ai encore pris beaucoup de retard...Je reprends mes lectures en découvrant un joli souvenir ici. Cette première visite dans ta famille africaine est émouvante et charmante à la fois.  Tu nous transmets bien ton émotion et ton plaisir d'être parmi tous ces gens et auprès de l'homme qui avait cette belle étincelle dans le regard....

pandora 09/03/2009 07:48


J'essaie d'écrire tous les jours, mais je triche souvent en mettant des photos...
Moins cette semaine je crois ;-)
Je suis contente si cette balade t'a plue ;-)


Bigornette 06/03/2009 20:05

A travers ton texte j'ai fait la balade avec toi... sympa... l'ambiance, la nourriture tout...je m'y voyais... quand j'étais gamilne je voulais me marier avec un noir.... amusant non ?...j'ai beaucoup aimé ce texte... bisous et bonne soirée Pandora;;Merci pour ta visite...

pandora 07/03/2009 18:09


Bisous et bienvenue alors ;-)
Je te proposerais bien un peu de ti bou dine, mais il n'y en a plus ;-)


fée des agrumes 06/03/2009 16:57

Ce petit récit d'interculturalité me ramène à des souvenirs d'enfance. Et pi surtout, il me fait sourire de l'intérieur en me ramenant aux instants passés au milieu de tous ces autres qui jalonnent ma vie quotidienne grâce à un choix professionnel des plus enrichissants sur le plan humain ( et pas financier) et franchement, je ne changerai pas de voie. Tiens, ce ne sont pas tes propres yeux qui brillent en écrivant ce texte? il me semble que si...

pandora 06/03/2009 19:32


Il y a des textes qu'on prend autant de plaisir à écrire qu'à faire lire, des textes qui nous ramènent sur des bons moments.
On peut voyager en prenant l'avion et parfois les rencontres nous transportent très loin ;-)
Celui-là en est un et oui, il est tout à fait possible que mes yeux brillent ;-)


grosnuages 06/03/2009 14:19

Je viens de passer un petit moment à vous lire et j'en ressors calme, le cœur et l'esprit paisiblement rêveurs. Merci pour cette si belle écriture. Je reviendrai souvent...

pandora 06/03/2009 19:30


Bonjour Grosnuages et bienvenue. Au plaisir de vous relire ici alors ;-)


angel 06/03/2009 12:40

émouvant cet instant ou les choses prennent leur importance...

pandora 06/03/2009 19:29


Oui, une balade africaine en France qui m'a encore plus donné envie d'aller là-bas ;-)