On peut parler de tout, mais pas avec tout le monde...

Publié le par pandora

Attention, c'est très très long et très très nombriliste ;-))

 



J’ai ouvert ce blog un soir d’octobre 2007 à un moment où je n’allais vraiment pas bien. Une sorte de bouteille envoyée à la mer, avec des poèmes roulés à l’intérieur. J’en ai déroulé avec mes visiteurs les plus anciens, pas beaucoup, puis j’ai commencé à écrire des textes dans le cadre de consignes que je piochais sur la toile. Les poèmes étaient peu à peu remplacés par des textes et je m’inquiétais que ce ne devienne trop long et ennuyeux, interrogeant avec anxiété les visiteurs de ma vraie vie.

J’osai envoyer un premier de mes textes aux impromptus littéraires qui restera à ce titre mon chouchou, une lettre au Père Noël, ça ne s’invente pas même si elle était plutôt sombre. Je rencontrai par ce biais Tisseuse qui me convia l’année dernière à rejoindre l’équipe des administrateurs du site. J’ai lu et relu son mail à en user mon écran tant j’étais fière. Je m’enhardis à écrire plus et ailleurs, élargissant mon périmètre au gré de mes pérégrinations internet, et je découvris les fanes de carottes dont le blogzine et les AT originaux m’attiraient énormément. Je me lançai imprudemment l’année dernière dans un feuilleton « La petite fille qui voulait savoir » et découvris sans le savoir la béta lecture. Passé le cap de la blessure narcissique, la raison reprit très vite le dessus et j’essayai de participer le plus souvent possible pour pouvoir progresser en retravaillant mes textes avec les fanes. C’est pour les FDC que j’ai écrit les textes que je considère les plus aboutis, du fait de leur relecture. Je me souviens avec émotion de la première fois que je me suis vue apparaître chez elles dans la liste des « auteurs », je n’arrêtais pas de venir y lire ma présentation au point d’avoir dû faire exploser leur compteur de visite !

C’est par le blogzine des fanes de carotte, encore, que je suis pour la première fois passée de l’autre côté de l’écran, non sans avoir beaucoup hésité et failli me décommander par timidité. On me disait que si je pouvais partir marcher trois semaines au bout du monde avec des inconnus, la rencontre ne devrait pas me poser de problème. C’était pourtant beaucoup plus angoissant pour moi. Heureusement, j’osai et tout se passa très bien, et je découvris d’autres amoureux des mots, Vanina et JF, Map, Caro Carito et Rose, la fane qui m’avait gentiment torturée pour l’écriture de mon feuilleton. Rassurée par cette expérience, je décidais de continuer à aller voir de l’autre côté de l’écran et je découvris ainsi Godnat, Teb, Mariev, Fée des Carottes (edit: fée des agrumes, mille pardons Fée), Coq et Pat la Fourmi. Je correspondais aussi par mail avec d’autres. La sociopathe que je suis se transformait en une blogueuse assoiffée de rencontres.

En parallèle, je continuai mon chemin d’acceptation de mon intruse et commençai à écrire les pages de ce qui deviendra, je l’espère, un vrai livre : « Morceaux de sep ».

Et je commençai à participer à des AT pour des anthologies, des webzines ou de petits fanzines. Plus ambitieuse, j'intégrai un forum d’écriture où je devins beta lectrice. Mes textes, beaucoup plus longs, se heurtaient à des refus quand jusqu’à présent ils étaient toujours acceptés en l’absence de vraie sélection, je commençai à écrire plus sérieusement. Et parmi tous les refus, certains furent acceptés. Je me posai la question d’un nom de plume et vous vous interrogiez en commentaires. Pourquoi ne pas écrire sous mon vrai nom ? Je suis Pandora depuis que j’ai commencé mon parcours de sépienne il y a quelques années, un pseudo que j’ai gardé quand j’ai ouvert « les poèmes de Pandora », mon nom d'écrivante. Ma sep est encore un secret bien gardé dans ma vie non virtuelle, je ne peux pas rattacher ma vraie identité à mon pseudo ; google est trop redoutable pour qui sait l’utiliser.

Si l’écriture a toujours été le fil rouge de mon blog, ce n’est pas un blog d’écriture. J’y mets beaucoup trop de moi, de mes états d’âme. Même si son contenu s’est modifié au fil des mois, il reste souvent, ce soir par exemple, un exutoire. Vous qui venez me lire êtes devenus pour la plupart bien plus que des pseudos anonymes. J’ai rencontré certains d’entre vous, je viens vous lire et je partage vos joies et vos moments de tristesse quand vous les exprimez sur votre blog. Je livre beaucoup de moi, mais ce n’est pas à sens unique même si chacun s’exprime à sa façon. Ce blog et son contenu sont le reflet de presque deux années de ma vie que j’ai partagé avec vous (et des visiteurs google, mais qu’importe... ils ne font que passer et parfois s'arrêtent) parce que je l’ai voulu et parce que vous êtes devenus importants pour moi. J’ai le sentiment contradictoire que l’écriture est à la fois toute récente dans ma vie, et qu’elle a toujours fait partie de moi.


J’ai par contre choisi de ne pas mettre de lien vers mon blog dans les différents forums d'écriture auxquels je participe depuis que je réponds aux AT. Je ne veux y être qu’une écrivante parmi d’autres et sans que ce soit un secret, je n’ai pas envie de parler de mon intruse très présente dans mes billets. Une première participante avec qui j'ai échangé par mail et fait lire des textes de voyage a mis un lien sur son blog. Je lui ai demandé de le retirer en lui expliquant pourquoi et finalement j’ai parlé de ma sep quand je voulais ne pas le faire. Une deuxième participante a trouvé mon blog et m’a gentiment mise elle aussi dans ses liens. Je ne sais plus quoi faire. Lui demander de le retirer à elle aussi ? Jusqu’à la  prochaine fois ?

Depuis l’écriture de morceaux de sep, je me rassemble dans toutes mes facettes et je me permets d’être un peu plus moi (en dehors de mon cadre socioprofessionnel où ma maladie est toujours un tabou). En demandant à ces blogueuses de retirer le lien vers les poèmes de Pandora, je me fais l’impression d’à nouveau me cliver… voire de ne pas assumer ce blog et donc ce que je suis.

Je me pose beaucoup de questions depuis quelques semaines et il est possible qu’il y ait des changements à la rentrée, avec peut-être la création d’un nouveau blog sur lequel vous serez bien sûr conviés, mais où je ne parlerais que d’écriture. Je garderais cet espace pour partager avec vous ce que j’ai sur le cœur.

Tout comme on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui, il me semble qu’on peut parler de soi, mais pas avec n’importe qui non plus.

Le trek à venir sera l’occasion de réfléchir à tout cela.

Le départ approche : J – 7 :-)

Publié dans Scènes de vraie vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Firgae 13/08/2009 23:11

Moi j´aime bien pouvoir lire tes états d´âme, parfois ca m´aide à prendre du recul sur les miens... Au passage j´aime beaucoup la photo toute mignone de ce billet. Je me sens liée à toi,une facon -peut-être maladroite- de dire que je t´aime beaucoup. Et je te souhaite un merveilleux voyage.

pandora 14/08/2009 07:18


Merci de ce mot Firgae, à bientôt à la rentrée


mamalilou 10/08/2009 15:57

oops! veux-tu que je retire le lien qui est visible en page "les Anciens" sur caplibre? et que je le garde pour moi en page masquée?je peux aussi ne pas lire ce qui t'es trop personnel (ou du moins ne pas m'exprimer sur, ce à quoi je me suis rapidement contrainte, percevant le caractère intime de ton partage avec certains) et n'accéder qu'aux sujet "tout public"...?tu me dis comme tu le sens, je m'y plierai...un gros bisou à toi, j'aime bien ton "nombril", il est le reflet de ta franchise et de ta sincérité, ça fait un bien fou de lire les choses exprimées simplement.belle fin de journée d'été te souhaite

pandora 10/08/2009 17:36


Bien sur que non Mamalilou, tu fais partie des anciennes et on partage pas mal de choses à ce que je lis chez toi ;-)
En ouvrant un blog sur internet et en y parlant de moi, il ne s'agit pas de dire que je ne veux pas qu'on me lise, sinon il faudrait que je ferme le blog, ou que je me censure si je n'assume
pas.
Ce qui me fait réfléchir, c'est que maintenant j'aimerais que ceux avec qui j'échange sur mes nouvelles ou textes n'aient pas forcément et immédiatement accés à mes "états d'âme" ou connaissent
absolument l'existence de mon intruse. Même si ce blog n'est pas privé, encore. Il pourrait le devenir mais je sais que certains sépiens tombent dessus par hasard et s'y retrouvent ou y trouvent du
réconfort, alors si je dois être fière d'une chose concernant les poèmes de Pandora, c'est vraiment de ça.
De plus, je ne veux pas fermer ce blog, qui même s'il n'est plus très fréquenté, l'est par des visiteurs que j'apprécie ou que j'ai même rencontrés. J'en ai en plus encore besoin pour y poser ce
que je ne veux pas ou ne peux pas dire...
Donc un deuxième blog, neutre et d'écriture, semble la bonne solution ;-)
Bises


Thaddée 09/08/2009 14:47

C'est un article émouvant, si proche de la vie. J'ai retrouvé des similitudes avec toi, mon overblog je l'ai ouvert en septembre 2007. J'aime tout ce que tu dis de ton écriture, de ton intruse, de tes rencontres, de tes amitiés, de tes espoirs, de tes projets. Si tu ouvres un second blog à la rentrée je ne manquerai pas de venir t'y lire (il y a toujours de la place dans mes liens :-) Oui, vraiment, c'est un bel article, pas nombriliste, je le trouve sincère et généreux.Bon dimanche à toi Pandora.

pandora 10/08/2009 17:25


Merci alors Thaddée, quand je ne sais pas où aller, je me pose et j'écris, comme dans ce billet...
Bonne semaine ;-)


Bigornette 07/08/2009 18:24

tu est modeste, tu pourrais publier , tu écris beaucoup mieux que moi... tu as de jolies nouvelles..Mais je te comprend, on est tous compliqué tu sais...je comprend tout à fait pour ta maladie...moi j'ai vraiment hésité un moment d'autant que je porte le nom de mon mari, et que du coup je l'impliquais aussi dans mes délires.... gros bisous Pandora et je suis  certaine que tu finiras par publier un bouquin sur ta SEP....

pandora 10/08/2009 17:23


Merci Bigornette mais chacun a sa façon d'écrire, il n'y a pas de mieux ni de moins bien ;-)
J'espère surtout que la sep, en m'ayant amenée à écrire, me permettra d'en publier d'autres ;-)


Bigornette 07/08/2009 17:48

Je comprend ton dilemme...moi je me suis dévoilée quand Koulou l'auteur de BD est venu dédicacé dans mon village... et puis j'ai trouvé plus simple aussi de mettre mon nom sur mes bouquins...Finalement je me suis dit que beaucoup d'auteurs ont des blogs... ils s'y livrent plus ou moins... mais je pars du principe de n'en dire qu'un peu, même si parfois j'ouvre un peu les vannes...Par contre aucune photo nulle part, même pas sur mes bouquins... mais ça viendra dans la presse du coin forcément...J'ai beaucoup hésité, mais au fond ça ne change pas grand chose...je suis contente de ce que j'ai fait à mon niveau... et je n'ai rien à me reprocher alors ceux qui sont pas contents tant pis...et pourtant je suis vraiment dans la "plaisanterie"...mais je n'ai même pas honte... il faut savoir aussi se détendre et ne pas se prendre la tête...dissimuler est sûrement plus compliqué que dire tout bètement quelques vérités.... Bisous Pandora... bonnes vacances...

pandora 07/08/2009 18:12


"je me suis dit que beaucoup d'auteurs ont des blogs... ils s'y livrent plus ou moins..."
Je suis d'accord, mais je ne suis pas un auteur, j'ai d'abord une vraie vie dans laquelle je ne parle pas du tout de ce que j'écris sur ce blog. Et quand je vais sur des blogs d'autres membres du
forum, c'est beaucoup plus neutre que chez moi... Je te souhaite en tout cas de faire bientôt les couvertures des journaux ;-)Et je te confirme que dissimuler est compliqué, mais dans mon cas ça reste plus simple que de parler de mon intruse ; je suis compliquée et je crois
que j'aime me prendre la tête, ;-)
Bisous Bigornette, je passerai chez toi avant de partir