Le vin

Publié le par pandora

Le texte de la semaine pour les impromptus sur le thème du vin. Bizarrement, ça m'a inspirée ^^

 

Je fréquentai la belle Sophie pendant exactement quinze jours. Jusqu’à ce samedi soir où elle sortit ses pots à moutarde recyclés. J’avais amené une bouteille de gewurtzraminer vendanges tardives et je me réjouissais de voir le liquide doré danser sur le cristal transparent quand elle est arrivée avec son plateau. Et ses verres de cuisine. Je repartis avec mon nectar en lui laissant les cacahuètes et les dés de jambon. Inutile de donner du lard aux cochons !
Je rencontrai alors Magalie. Charmante. Elle était pleine d’humour et de finesse.
Pas sa mère.
La moutarde me monta au nez quand elle osa mettre de l’eau dans son vin. « Je préfère le rosé… ». Une bouteille de Château Cheval Blanc 1982 ! Stoïque, je ne dis rien.

La vengeance est un plat qui se mange froid.
Je demandai des cornichons pour accompagner le foie gras avec son chutney de figues et ses toasts briochés : "Je mange toujours des cornichons avec le paté … ".  Elle rosit.
Puis je réclamai du ketchup pour ses tournedos Rossini. "Je préfère quand c'est un peu relevé... ". Elle devint cramoisie – mais pas d’un aussi beau rouge que la robe de mon Saint Emilion -, se cabra et me jeta dehors. Comme elle montait sur ses grands chevaux, je filai au grand galop sans demander mon reste.
Géraldine me consola.

Elle aimait le bon vin, et savait l’apprécier. Autant que moi. Peut-être même plus.

Elle aimait aussi les bons restaurants, comme moi. Nous étions faits pour nous entendre.
Elle aimait que je me conduise en parfait chevalier servant. Surtout, elle préférait que ce soit moi qui conduise. Même au retour. Elle préférait boire que conduire. Et moi ? Et moi ! Moi aussi !
Je ne sus pas choisir entre boire et conduire, ça me couta six mois de retrait de permis.
Mais je sus choisir de quitter Géraldine : nous n’étions pas assez complémentaires.
Le hasard, et le juge, me conduisirent chez Marie. Ma doctoresse.

Elle aimait jouer sur les mots.
Quand je disais amateur éclairé, elle répondait alcoolique.
Quand je disais plaisirs de la chair, elle répondait cirrhose...
Quand je dis « Champagne ? », elle me répondit champomy.
Quand je dis mission impossible, elle me répondit leçon particulière.

Quand je dis injonction thérapeutique, elle me répondit menottes.
Quand je demandai « Mon lit ou ton lit ? »… elle m'invita dans son lit.
Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mariev 26/05/2010 20:16



Ah la vache, encore un grand éclat de rire!


Tu es comme le bon vin, Pandora! J'aimais déjà énormément tes textes en arrivant ici en 2008, et je t'ai vue monter et descendre, avancer et reculer, tourner ici et là ... tandis que ton écriture
mûrissait, se densifiait ... quel régal!    ;)



pandora 27/05/2010 23:25



Merci beaucoup Mariev, je me mets ton comm de côté pour les mauvais soirs ^^



Godnat 23/05/2010 10:19



Très drôle, j'adore la liste de sacrilèges !



pandora 24/05/2010 08:57



Oui, sacrilège, c'est le bon mot ^^


(c'est pas toi qui servirait une VT dans un verre à moutarde, hein ? )



Oxygene 22/05/2010 22:19



Le vin t'a bien inspirée ! J"adore ! Quelle imagination et quel humour ! Pandora, c'est super ! Bravo !



pandora 24/05/2010 08:55



Et je promets que j'étais à jeun pour l'écrire ^^


Je précise que certaines anecdotes sont du vécu, notamment la vendange tardive dans les vins de cuisine... mais on l'a bu quand même et l'ami a qui la bouteille
avait été offerte a dit :


"Ah, il est bon dis-donc"


Tu m'étonnes...



fée des agrumes 22/05/2010 16:34







pandora 22/05/2010 19:39



Tchin ;)



Macada 22/05/2010 09:20



Clap ! clap ! clap !


Ce texte est plein d'humour du début à la fin : j'admire !



pandora 22/05/2010 19:37



Merci Macada, le sujet m'a mise de bonne humeur ^^