Les feuilles mortes

Publié le par pandora

Pour les impromptus, un petit délire sur l'incipit les feuilles mortes se rammassent...

— Les feuilles mortes se ramassent à la main ! Combien de fois devrai-je vous le répéter ?!
Le brouhaha des conversations cesse brutalement et chacun se penche, qui sur son chaudron, qui sur son grimoire. Le Maître semble courroucé. Redoutablement. Tous attendent la suite avec appréhension…
— Combien de fois ?!
Bien entendu, personne ne s’aventure à répondre. La question n’en est pas une. Qui aurait envie de subir les foudres du terrible Despotus ? La vie de mort vivant est décidément bien difficile !
—Qui a fait ça ?!
La voix sonore tonne comme une menace dans le souterrain sombre. Le Maître se dresse immobile, au centre le la pièce, debout dans sa longue robe noire. Il tient à la main des feuilles de saule royal, merisier d’or, peuplier sanguinaire et autres arbres qu'on ne trouve qu'au Pré Vert et il les secoue rageusement. Les bords abimés se délitent dans une fine poussière qui volète au sol. Les feuilles mortes, ingrédients rares de potions toutes aussi exceptionnelles sont totalement inutilisables. Il n’y aura ni vendanges tardives, ni grains nobles cette année. Cette fois Despotus attend donc une réponse. Malheur à celui qui répondra…
Et malheur à eux si personne ne le fait !
Le nécromancien noir s’est approché dans un moonwalk démoniaque sans que le bas de sa robe ne trahisse le moindre mouvement. Sa colère est telle que les fumées qui s’échappent des chaudrons prennent des formes menaçantes de lapins ou de féroces coccinelles.
— Vous ne voudriez tout de même pas que je vous passe à la question ?
Et Despotus de s’esclaffer tout seul, comme il le fait à chaque fois qu’il fait de l’humour inquisitoire. Une façon pour lui d’oublier les tortures et le bûcher qui l’ont tué dans d’horribles souffrances. Avant qu’il ne revienne sous les traits (terme impropre dans la mesure où les flammes l’ont défiguré) du redoutable nécromancien noir. Un Maître qui les dirige d’une main de fer sans gant de velours. Ils mourraient tous de peur s’ils ne l’étaient déjà ! Mais il y a parfois pire que la mort, c’est pourquoi les regards se tournent ostensiblement vers deux assistants qui semblent tassés derrière leur pupitre. Ce que ne manque pas d’apercevoir leur Maître…
— Procrastinus et Fainéantus, j’aurais dû m’en douter. Ça m'apprendra à ressusciter des bras cassés !

Commenter cet article

Thierry Benquey 24/10/2009 12:06


J K Rowling n'a qu'à bien se tenir, Pandora arriveeeee !
Superbe
Amitié
Thierry


pandora 24/10/2009 15:07


Elle n'a pas de souci à se faire, et je dois confesser que son univers m'a bien inspirée ici, même si j'ai dérivé vers du plus noir
Bon weekend Thierry


Macada 24/10/2009 11:25


mdr ! Clap, clap, clap !
(T'as vu les AT des Hydrae sur les "perles" ? Ils pourraient t'inspirer...)


pandora 24/10/2009 15:06



J'avais écrit une perle diabolique, mais là ce sont les angéliques qui sont demandées... et ce textounet n'est pas vraiment dans l'ambiance ;)
(Faudra peut-être quand même que je planche, c'est jusqu'à la fin du mois je crois)


mariev 24/10/2009 10:59


:0036:
sans oublier une certaine poésie ... ce Pré Vert ... là ...
Tu as le don de créer un univers dont on voudrait tout connaître, et cela en quelques lignes ...!!
;)


pandora 24/10/2009 14:57


Merci beaucoup Mariev, c'est super gentil ce que tu m'écris là, mais c'est ensuite que ça se gâte, quand il s'agit de décrire vraiment l'univers en question ;)
Enfin, j'y travaille, j'y travaille.
Diffiicile de passer au long quand on a pris l'habitude d'écrire à petites touches
Bises


Godnat 24/10/2009 10:33


;-)))


pandora 24/10/2009 14:55





Tisseuse 24/10/2009 08:57


non seulement ce texte m'a bien fait rire losque je l'ai vu en ligne sur le site
mais je persiste à dire que tu excèles dans ce genre comico-fantastique !


pandora 24/10/2009 14:55


Merci beaucoup et heureuse de te faire rire, surtout en ce moment ;)Je m'amuse beaucoup en tout cas dans ce genre que je
qualifierais plutôt de "grand n'importe quoi" ;-)