Quand la réalité dépasse la fiction...

Publié le par pandora

Si j'avais lu ça dans un texte, j'aurais probablement pensé que ce n'est pas réaliste...

(Je précise pour les âmes sensibles que c'est assez horrible) 

  

 

Le Figaro fait savoir sur son site Internet qu’un Américain de 31 ans, « qui s'était coincé un bras dans la chaudière qu'il tentait de réparer au sous-sol de sa maison, a finalement décidé de couper le membre blessé pour se dégager ». Le quotidien précise que le calvaire aura duré 18 heures.
Le journal souligne qu’
« avant de prendre cette décision difficile, le jeune homme s'époumone pendant 12 heures pour appeler à l'aide. Il réussit à échapper à la déshydratation en récupérant de l'eau dans la chaudière. Mais un autre danger menace sa vie : les tissus de son bras commencent à se nécroser, l'infection peut le tuer ».
« Alerté par l'odeur de putréfaction qui se dégage du membre blessé, Jonathan prend conscience qu'il faut agir »,
note Le Figaro. L’infortuné déclare : « J'ai mis 6 heures à me préparer psychologiquement ».
Le journal explique qu’
« il se confectionne un garrot avec son t-shirt puis attrape la lame d'une scie à chaîne qui se trouve à sa portée. Il entreprend alors de découper la chair de son bras, à mi-chemin entre le coude et l'épaule ».
« «Ça se passait plutôt bien», raconte le jeune homme, jusqu'à ce que la lame heurte un gros nerf situé à l'arrière du bras. Submergé par la douleur, Jonathan est forcé de stopper son opération. Toujours coincé, il perd beaucoup de sang malgré le garrot et sa situation semble alors désespérée. Il doit finalement la vie à un ami qui, inquiet d'être sans nouvelles depuis si longtemps, a appelé les secours ».
« Arrivés sur place, les pompiers découvrent avec surprise le blessé et son bras qui ne tient qu'à un nerf. Ils achèvent l'amputation et dégagent le blessé »
, poursuit Le Figaro.
Le quotidien précise qu’« à l'hôpital, impossible malheureusement de réimplanter le bras du courageux blessé : les tissus sont trop endommagés ».

 

  

 

Source mediscoop.net

 

  

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

d.d.laplume 18/06/2010 17:55



Bonsoir Pandora,

       Effectivement, ce récit est vraiment digne d'un film d'horreur.
       Personnellement, je mets souvent les bras dans des endroits scabreux.
       Je prendrai donc, dorénavant, une scie ainsi qu'un garrot, dans le cas où ces objets me seraient d'une nécessité salvatrice.
       Une petite bouteille de gnole ne serait pas un luxe...en cas d'une opération urgente.
       Bises.
       dédé.



pandora 20/06/2010 08:14



Bonjour Dédé,


Oui, on devrait toujours avoir ce kit sur soi.


Pour la bouteille, je pense qu'elle est indispensable même si ce n'est pas recommandé de s'autoopérer en état d'ivresse ^^


Bises et bon dimanche



fée des agrumes 18/06/2010 10:40



Vindiou!! quel homme!!!!



pandora 20/06/2010 08:13



Oui, ça me fait penser à ces navigateurs qui s'opèrent tout seul parfois, c'est très impressionnant



Cacoune 18/06/2010 07:47



Il m'en faut beaucoup plus pour me couper l'appétit. De toute façon, ce n'est pas moi qui commande sur ce plan en ce moment et on petit occupant n'est pas près de se laisser priver d'un repas !
:)



pandora 20/06/2010 08:12



Tant mieux alors ^^



Godnat 17/06/2010 20:41



Sacrebleu, faut du cran ! Je vais laisser ma chaudière tranquille...



pandora 18/06/2010 07:30



Oui, un sacré cran...


Ce qui est terrible c'est que des secours sont bien arrivés, et que l'amputation n'était donc pas du tout indispensable...


Je pense que je me réapproprierai cette histoire à l'occasion.


J'ai eu un souci de chaudière la semaine dernière, mais j'ai laissé ça au professionnel, heureusement ^^



Cacoune 17/06/2010 19:52



et pas dîné non plus :D



pandora 18/06/2010 07:28



J'espère que tu plaisantes, et que ça ne t'a tout de même pas coupé l'appétit...