Une page se tourne tandis qu'une nouvelle s'écrit (10, je crois...)

Publié le par pandora

Ca faisait longtemps ^^

J’avais envie de vous parler de mes avancées sur le manuscrit de morceaux de sep.

Je laissais sédimenter tout ça depuis le mois d’août où j’avais eu une béta d’une de mes relectrices préférées des fanes de carottes, sur la partie textes (sans retravailler les poèmes pour lesquels elle ne se sentait pas trop à l’aise). J’avais  ainsi un tas de propositions de corrections stylistiques mais aussi des pistes de réécriture et de changements de points de vue pour enrichir le manuscrit. Je n’y avais ensuite plus touché pour partir en trek, et tout cela avait mûri, je prenais parfois les feuillets annotés en mains, mais je ne me sentais pas encore prête.


Puis tout s’est accéléré en fin d’année.
En faisant le bilan 2009, le manuscrit s’est rappelé à moi, d’autant qu’une béta lectrice de cocyclics évoquait dans son bilan (grave erreur ^^) ses connaissances en poésies, un thème qui semblait lui être assez familier. Elle venait me lire parfois sur ce blog et connaissait des aspects de ma vie dont je ne parle pas sur cocy, c’était plus simple pour moi de la contacter.


J’ai dû me battre pour la convaincre de me béta lire, non pas parce que ça ne l’intéressait pas, mais parce que la nature particulière du manuscrit, des morceaux de vie, ne se prêtait pas aussi facilement à la béta-lecture critique que des histoires de pure fiction. J’ai dû lever ses réserves pour la convaincre, et en répondant à ses questions, j'ai réalisé la difficulté de ce que j’avais demandé à ma première relectrice, une relecture qui se devait critique tout en restant délicate, un challenge redoutable qu’elle avait accepté et réussi. Mais je me rendais compte aussi des progrès accomplis puisque j’arrivais désormais à considérer ces morceaux de moi comme de simples textes à retravailler (attention,
je ne parle pas ici de l’émotion que je ressens toujours à leur lecture souvent lacrymale, mais du fait que j’arrive désormais parfaitement à détacher la forme du fond, le texte de ma vie)

Et quand elle a finalement dit oui, j’ai abattu les corrections qui dormaient depuis longtemps en moins d’une semaine. Et encore réduit le manuscrit de plus de 10% de sa taille… il n’a plus désormais qu’un peu plus de 100 000 signes et 100 pages, soit l’équivalent d’une novela.


Nous avons commencé depuis début janvier le retravail du manuscrit, et je me sens en confiance, guidée pas sa relecture pour arriver à ce qui sera, je pense, une version presque finale. Un travail enrichissant pour moi, qui m’amène encore à réfléchir, avec une béta lectrice qui pose les bonnes questions et me fait une analyse plutôt poussée des textes. Toute en délicatesse, un grand merci à elle.

En parallèle, une amie relit la version avant-après pour me dire s’il y a des choses qui passaient mieux dans la version non revue.


Je pense qu’à l’issue de tout cela, je ferai un ultime travail avec la relectrice des fanes, et qu’ensuite j’aurai un manuscrit dont je serai fière.  

Il sera alors temps de réfléchir à une éventuelle édition… mais on n’en est pas encore là ^^

Commenter cet article

Macada 17/01/2010 19:13


Moi aussi je suis contente de lire ce billet.
Go, go, go, Pandora ! Tu tiens le bon bout.



pandora 17/01/2010 20:06


Merci pour le double déclic (l'idée du bilan et les poèmes)
Et un grand merci d'avoir accepté de m'accompagner sur ce chemin

Go, go, go toi aussi ^^


Homéo 17/01/2010 16:41


je suis contente de lire ce billet ;)


pandora 17/01/2010 18:26



J'ai été très contente de l'écrire ^^



caro_carito 17/01/2010 09:56


Je suis très heureuse que tu passes à cette phase. Je suis sûre que cela est un moment important dont tu mesureras peu à peu l'importance.


pandora 17/01/2010 18:12


Moi aussi, je suis heureuse ^^
Corriger encore et toujours avec un  regard extèrieur quand le sien ne suffit plus pour arriver à quelque chose de bien ^^


Tisseuse 17/01/2010 08:47


retravailler ce texte, c'est bien sûr améliorer l'écrit, mais c'est évidemment aussi, de façon plus intérieure, retravailler ton rapport avec cette maladie, la tenir encore plus à distance

en tous cas, bravo pour cette persévérance :o)


pandora 17/01/2010 18:10


J'ai quand même l'impression qu'il s'agit désormais d'un pur travail sur les textes en tant que tels, que ça n'impacte plus vraiment mon rapport à ma maladie
Il y a de la persévérance, oui, et une sorte de progression douce mais nécessaire avec des étapes qui s'enchainent dans la vie du manu et dans la mienne ^^


Millie 16/01/2010 18:25


Merci à toutes les beta coorectrice de t'aider. J'espère avoir un jour l'poortunité de te lire sur un support papier.


pandora 17/01/2010 18:06


Oui c'est vraiment sympa à elles
Et peut-être oui, on va voir...^^