Feuilleton impromptu de l'été

Episode 1:

La semaine venait de se terminer par une idée lumineuse : j'allais couver cet œuf pendant tout l'été et on verrait bien si Monsieur Chang de l'herboristerie « Les mystères de l'Asie » s'était moqué de moi ou non... après tout, dans cette famille de dingue, j'avais bien le droit de l'être un peu aussi, non ?

 
Ah oui, peut-être faudrait-il que je commence par les présentations. Je suis Mordikus, le fils ainé de Pandora, vous savez la cinglée qui se prend pour une écrivaine et transforme chaque semaine la maison en un champ de bataille. Ben quoi, on ne choisit pas sa famille, je n'y suis pour rien ! Plouky notre chien que j'adorais s'est barré ailleurs quand ma mère a commencé à faire une collection de fromages périmés pour une consigne d'écriture, mais moi quand j'ai fait mon baluchon, mon père m'a rattrapé et m'a dit qu'il était hors de question que je parte tant que je ne serai pas majeur. Et que je n'avais qu'à me plaindre au juge pour enfant si je n'étais pas content. Pfff. Encore 5 ans à tenir, je fais des traits sur mes murs comme les prisonniers dans prison break pour compter la peine qu'il me reste à tirer. C'est trop dur d'être un ado. J'espère pouvoir partir avant qu'elle ne fasse sauter la maison ou ne nous assassine à coups de couteau pour une de ces fichues consignes d'écriture... . Je vous garantis que le dimanche à minuit une je suis sur la bécane pour filtrer toute nouvelle consigne qui serait trop dangereuse.  Si c'est le cas, je bidouille tout et ma mère ne peut pas se connecter à internet de la semaine pour participer (ma seule hantise est qu'elle se connecte un jour d'ailleurs). On a ainsi échappé a celle-ci « Vous avec tué toute votre famille et vous allez être guillotiné demain. Décrivez-nous vos dernières pensées », ou celle-là « Décrivez la façon dont vous imaginez que verriez le monde si vous étiez aveugle », ils sont fous ces impromptus, ils ne sont vraiment pas conscients du danger qu'ils nous font courir... Et je suis sûr de ce que j'avance. Sûr de chez sûr.

  
Heureusement je suis tranquille cette semaine, ma mère est en vacances chez une autre des timbrées du club des impromptus, une américaine qui l'héberge dans son manoir (clic). Elle ne va pas être déçue la pauvre. Ma mère nous a raconté qu'ils allaient se retrouver à plusieurs et jouer à un Cluedo grandeur nature. Elle ne savait pas encore exactement de quoi il retournait mais elle suspectait son amie Hapinesse de vouloir reconstituer un meurtre. Si seulement ça pouvait être celui de ma mère ! Comment ça c'est horrible ce que je dis ? On voit bien que ce n'est pas vous qu'elle a failli noyer dans la baignoire pour la consigne « ah c'qu'on est bien quand on est dans son bain ! ». Je risque ma vie à chaque minute dans cette maison, je vous le garantis. J'en suis sûr de sûr. Foi de Mordikus

  
Mon père est aussi parti pour une de ces énièmes  chasses au Dahu avec sa bande de joyeux cinglés. Le pire c'est qu'ils y croient vraiment ! Ils ont entendu dire qu'on en aurait aperçu un qui se promenait dans une forêt reculée écossaise, alors ni une ni deux, il a posé des jours de RTT pour s'y rendre rapidement. Quand je vous dis que c'est moi le plus adulte et équilibré de cette famille. Avec mes treize ans ! Je suis donc seul et tranquille. J'en profiterais bien pour m'échapper, mais je ne sais pas où aller... Si un lecteur de ce billet qui est conscient du danger que je cours veut m'adopter pour me tirer de ce sale guêpier, qu'il contacte le site qui me fera parvenir le message. Je ne suis pas difficile (j'ai juste développé une intolérance au fromage et aux épices), je ne mange pas beaucoup, je me lave tous les jours et je ne dis pas beaucoup de gros mots....

   
Bon enfin ce n'est pas tout ça mais je m'égare, je n'étais pas sensé vous décrire mon horrible famille. Non, en fait j'étais sensé vous parler de cet œuf que Monsieur Chang m'a donné hier matin pour me remercier de l'avoir aidé à nettoyer sa boutique après l'attaque dont il a été victime. Il faisait une maxi promo sur les tisanes chinoises miracles qui permettent de perdre 10 kg en une semaine et son magasin a été pillé par les curistes du « Centre de Renutrition et  Rééducation Alimentaire » voisin. Elles ont tout dévasté sur leur passage ! Et ce qui tenait encore debout a été fracassé par les membres du groupe des Weight Watcher anonymes. Si vous aviez vu le carnage ! C'est un œuf opale brillant et phosphorescent. Un œuf magique. Monsieur Chang m'a promis que si je m'en occupais bien j'aurai une surprise : rendez-vous compte, c'est un œuf de....

   
Oups, ça fait déjà deux pages, je suis désolé mais la consigne était claire, pas plus de deux pages. Je ne veux pas me faire taper sur les doigts par les correcteurs des impromptus, et ma mère est contre les châtiments corporels (en dehors du fouet et de la cravache mais je n'ai pas le droit de parler de ce qui se passe dans la chambre à coucher de mes parents). Je suis obligé de m'arrêter là pour aujourd'hui. A la semaine prochaine pour la suite de mon histoire....

Episode 2:

J'avais donc devant moi cet œuf magique opale et phosphorescent que m'avait donné Monsieur Chang, l'herboriste chinois. Il m'avait dit que c'était un œuf qu'un certain Harpidesternen  lui avait rapporté il y a bien longtemps. Cet Arzonthax (clic)( difficile de qualifier d'homme un être qui a des oreilles dont les lobes retombent sur les épaules en écharpe et qui dispose de 7 doigts à chaque main) avait échangé cet œuf contre certains produits coûteux de la boutique: un paquet d'herbe  « fumette rieuse », une pierre contre les douleurs rhumatismales et une potion très précieuse d'un aphrodisiaque réputé dont Monsieur Chang est l'unique herboriste de tous les 5 mondes à en avoir la recette (d'où ces visites de clients pas tout à fait humains). L'arzonthax avait dépensé la veille tout son argent au casino et chez Madame Claude, l'aubergiste (Hum, je n'ai peut-être que 13 ans mais je ne suis pas complètement naïf !!!) de notre petite ville et il ne pouvait pas payer les produits aussi il proposa de donner en échange un œuf  d'oryctolagus. Je vous vois tous sourire en vous disant que Monsieur Chang s'est fait avoir, mais c'est parce que vous ne le connaissez pas, non cet œuf est en fait un œuf magique, un œuf d'oryctolagus ROYAL (et oui, ça fait toute la différence). Alors que l'oryctolagus vulgaire ressemble à ce qu'on appellerait lièvre dans notre monde, la version royale en serait totalement différente, même si l'herboriste ne se souvenait plus de tous les détails. Cet échange s'était passé il y a très très longtemps et aujourd'hui il ne se rappelait plus exactement ce que cet Harpi avait pu lui raconter à l'époque.

Monsieur Chang m'avait juste précisé qu'il fallait que je respecte certaines choses pendant la couvaison pour que tout se passe au mieux : la première des choses est de ne manger que des carottes et de la salade pendant que je couverai, parce que c'est l'alimentation de base de l'oryctolagus (dans ces conditions, la couvaison ne dure que 2 jours, je devrais donc pouvoir tenir...)

Ensuite... Excusez-moi, le téléphone sonne.....

....

Désolé, c'était ma mère ! Elle vous passe le bonjour, apparemment personne ne l'a encore trucidée dans le manoir de l'amerloque mais tout n'est pas encore perdu...  Ils sont vraiment fous dans son groupe, y en a un qu'a peur des vaches, l'autre qu'a peur des mouches et il paraît que leur hôtesse vient de tomber dans les pommes (clic), elle voulait que je regarde sur internet quel était le numéro du SAMU aux Huesses, j'vous jure, quelle assistée ma mère ! Enfin elle me bouffe déjà ma vie alors elle ne va pas en plus gâcher ce billet, je ferme la parenthèse pandorienne...

   
Donc la deuxième condition est de s'habiller en mauve pendant la couvaison, parce que cet animal est de lignée royale (sinon c'était du bleu... c'est assez technique tout ça)  et la troisième condition est de n'écouter que des chansons de chanteurs de plus de 100 kg en raison des vibrations de leur voix. J'ai donc téléchargé tous les tubes de Barry White, Demis Roussos, Carlos (merci Lolo) et Luciano Pavarotti et j'espère vraiment que cet œuf va tenir ses promesses parce que si je me sens prêt à ne bouffer que de la verdure pendant 2 jours, je suis beaucoup moins sûr de supporter cette diarrhée musicale...

J'avais ramené un cageot de carottes dans ma chambre et pas mal de salades, j'avais conduit à la gare ma petite sœur pour qu'elle passe quelques jours chez ma tante (la seule personne à peu près saine d'esprit de notre famille) comme c'était convenu avec mes parents et j'avais donc la maison pour moi. Je me désapais doucement pour mettre du mauve (la chemise de nuit de ma mère, un caleçon de mon père et un bermuda délavé que ma mère, en bonne fée du logis qu'elle n'est pas, avait fait déteindre en mauve) mettais la musique (beurk, j'ai peur de ne pas tenir), m'asseyais donc sur l'œuf et j'attendais...

J'emmenais l'œuf avec moi partout pour que ma chaleur se distribue bien, j'avais aménagé mon lit avec des coussins pour la nuit pour ne pas l'écraser en dormant, j'étais une vraie petite mère pour lui et respectait scrupuleusement les consignes, et finalement je commençais même à apprécier les chansons, me surprenant à chanter avec Barry ou Demis. Tout se passait bien, c'était simplement un peu long et la patience n'a jamais été mon fort, mais cette attente faisait partie de l'épreuve. L'œuf semblait vibrer doucement et la phosphorescence qui s'en dégageait s'intensifiait progressivement, au point d'éclairer ma chambre pendant la nuit.

« Petit scarabée, tu as mérité cet œuf mais ton comportement doit prouver que tu mérites aussi ce qu'il contient, respecte les règles et sois patient et la récompense sera au rendez-vous » m'avait dit Maitre Chang, j'attendais ma récompense...

Un jour avait passé, j'attendais toujours...

Je m'étais assoupi malgré la musique en fond sonore mais je fus réveillé par un petit bruit. Je tendais l'oreille, il me semblait avoir entendu quelque chose... ça venait de l'œuf. Je m'écartais et je le regardais attentivement : il brillait maintenant très intensément, il était très chaud et avait changé de couleur pour devenir mauve. Une petite fissure courait à sa surface et j'entendais un toc toc de l'intérieur. Je mourais d'envie d'aider à l'ouverture mais monsieur Chang m'avait bien prévenu qu'il ne fallait surtout pas intervenir dans le processus en dehors de la couvaison. J'observais donc simplement avec une impatience grandissante cette fissure qui progressait, dont les berges s'élargissait.... Et tout d'un coup la coquille s'ouvrit pour laisser apparaître son contenu.

Non, ça n'était pas possible, c'était tout bonnement incroyable ! L'œuf d'oryctolagus n'en était pas un, cet Harpidesternen était un escroc qui s'était cependant fait prendre à son propre jeu et l'œuf...

Oupps, encore le téléphone, ça doit être ma mère....

De toute façon, ça fait deux pages, alors on se retrouve la semaine prochaine ?

Episode 3:
 
... Ce n'était pas ma mère au téléphone mais Monsieur Chang, il voulait me prévenir qu'il avait retrouvé l'œuf d'oryctolagus dans sa boutique et qu'il s'était donc trompé. Il ne fallait abolument pas que je couve. Quand je lui ai dit que c'était trop tard et que ce n'était effectivement pas un oryctolagus, ni royal, ni commun qui était sorti de l'œuf, il s'est mis à crier toutes sortes de choses en chinois, auxquelles je n'ai rien compris sinon qu'il était très contrarié. Il faut que je vienne tout de suite à sa boutique pour que Monsieur Chang se rende compte par lui-même. Il m'a précisé d'être très prudent avec la créature.
 

Mais à mon retour dans ma chambre, la coquille est vide. La créature s'est sauvée pendant que j'étais au téléphone ! J'ai beau fouiller partout (on ne peut tout de même pas courir bien loin avec des jambes de 5 cm) pas moyen de la retrouver. Où pouvait-elle bien s'être cachée ? Je commençais à désespérer quand j'entendis du bruit dans ma corbeille à papiers... Je la retournais pour la vider et j'entendis un « Aïe, ça ne va pas la tête » avant de la voir affalée dans le tas de papiers étalés par terre. Je me dépêchais de coincer cette fugueuse en utilisant la corbeille comme une cloche, la lestant tous mes mangas, le temps de chercher une boite pour la transporter à l'herboristerie. J'entendais crier « Mordikuuuuuuuuuus » de plus en plus fort et d'un air de plus en plus énervé. Une vraie scie. Elle me rappelait vraiment très fortement la version géante mais elle ne m'aurait pas, même à l'usure, j'avais de l'entrainement ! En plus Monsieur Chang m'avait bien répété de m'en méfier parce qu'elle pouvait être dangereuse... Je finis par trouver une boîte dont la taille pouvait convenir et allai chercher des gants de jardinage au garage que j'enfilai pour la transvaser. Elle ne disait plus rien, alors je me méfiais d'autant plus, mais elle se laissa faire
  
 
- Ah, j'ai bien cru que tu allais me laisser toute la journée sous cette cloche. Que veux-tu faire avec cette boite ?  Comme je ne répondais pas, elle insista : Réponds-moi Mordikus, je suis ta mère ! 

 
-Ah non alors, je ne sais pas ce que tu es, mais certainement pas ma mère parce qu'elle est aux States avec son équipe de foldingues des impromptus. En plus et sans vouloir être désagréable, ma mère est beaucoup plus grande que toi !
 

- En fait je suis la version miniature de Pandora, ta mère. Donc virtuellement je pourrais être ta mère, et donc tu dois m'ob.... Je fermais la boite, coupant court à ses jérémiades.

 
J'étais en tout cas sûr d'une chose, c'est qu'elle était aussi pénible que la version originale. Par sécurité je passais plusieurs tours de corde autour de la boite et parce que je suis un bon garçon (Si, si, qu'est-ce que vous croyez ?) je faisais des petits trous pour qu'elle puisse respirer. Et je m'empressai d'aller rejoindre Monsieur Chang, parce que là je ne savais absolument pas quoi faire.

 
Il  m'attendait d'un air inquiet et me demanda si tout s'était bien passé en fermant la porte à clé derrière moi avant de me conduire dans son arrière boutique. Il commençait presque à me faire peur... Il saisit prudemment avec de grosses pinces la créature qui, pas contente du tout, essaya de lui tirer la barbe au passage mais sans succès, en nous abreuvant d'insultes toutes plus colorées les unes que les autres. Je ne savais pas que ma mère avait un langage si châtié ! Il la mit sous une cloche en verre pour mieux l'observer

 
- Cette chose est donc si dangereuse pour que vous preniez de telles précautions Monsieur Chang?
 

- A vrai dire, je n'en ai pas la moindre idée Mordikus. L'œuf magique que tu as couvé par erreur est normalement utilisé pour permettre aux apprentis magiciens de conjurer leurs peurs et aversions les plus fortes. Le contenu de cet œuf représente à la fois ce que tu détestes le plus mais aussi ce dont tu as le plus peur, c'est pour cela que je t'ai tout de suite appelé quand je me suis aperçu de ma méprise... Je m'attendais d'ailleurs à ce que tu «accouches» de quelque chose de beaucoup plus féroce et proche du dragon que cela, (quoique c'est vrai que ta mère y ressemble parfois) mais dans ce monde les peurs sont différentes. En tout cas, c'est vraiment étrange...
 

- Pourquoi étrange?
 

- Parce qu'en général, et pour ce que j'ai pu lire dans les grimoires anciens, le résultat de la couvaison est une créature inédite et absolument pas la version miniature de quelque chose de connu...
 

- Mais que font les apprentis magiciens avec la créature? Pourquoi cet œuf?
 

- Cet œuf est un outil d'apprentissage. Elever et dresser la créature permet de conjurer leurs craintes et de canaliser leurs peurs, et ainsi les apprentis deviennent plus forts. Tu ne dois surtout pas te fier à sa taille, elle est puissante et rusée, elle essaiera constamment de te rouler dans la farine. Cela fait partie de l'enseignement. Les apprentis apprennent énormément de choses à son contact jusqu'à leur majorité où la créature devient libre. Un dernier détail, cette créature ne grandira jamais et elle hiberne tout l'hiver pour permettre aux apprentis d'étudier et tu ne pourras donc l'apprivoiser que pendant l'été. Mais elle reste sauvage et tu devras toujours te méfier.
 

- Vous voulez dire que je suis désormais son maitre?
 

- Oui, en la couvant tu deviens son maitre, elle ne te l'a pas dit?
 

Voilà donc pourquoi elle avait essayé de se sauver. J'adorais vraiment cette histoire, c'était encore mieux qu'un exercice imposé pour les impromptus. Je sentais que j'allais bien m'amuser cet été avec cette Pandora miniature...
     
Et c'est comme cela que l'été devint ma saison préférée