Mordikus et le Père Noël

- Mordikus ?
- ….
- MOOOOOOOOORDIIIIIIIIIIIIIIKUUUUUUUUUUUUUUUSSSSSSSSSSS !!!!!!
- Quoi !
- Tu voudrais bien répondre quand on t’appelle ! J’ai besoin de toi.
- Steuplait maman je suis en train de défoncer le grand Dragon de la prairie et si je le dégomme, je récupère la dernière pièce de l’armure rouge magique…
- Tout de suite, sinon c’est moi qui me transforme en dragon !

C’est de mauvaise grâce et non sans avoir mis son jeu en pause que Mordikus descend rejoindre sa mère dans la salle à manger où elle s’affaire aux décorations de la maison.


- Mais qu’est ce que tu fais ?
- Tu vois bien que je fais l’arbre de Noël
- Sauf que ce n'est pas un sapin !
- Et alors, tu as peur que le Père Noël ne sache pas où mettre les cadeaux?
- Ca fait longtemps que je ne crois plus au Père Noël. Enfin, tant que vous savez, vous, où les poser…
- Eh bien il paraît que cette année c’est le Père Noël qui va venir...
- Il paraît ? Maman, il faudrait vraiment que tu grandisses un peu !
- Ne me parle pas sur ce ton-là, je suis ta mère. Et j’ai des sources particulièrement bien informées.
- Ah, ben alors si c’est le lutin de la bibliothèque qui te l’a dit, il doit forcément savoir de quoi il parle !
- Il est enfin rentré de vacances? Non, ce n’est pas lui mais tu n’as qu’à demander à Monsieur Chang si tu ne me crois pas. Le Père Noël va revenir cette année pour ramener un peu de magie et d’espoir dans nos sociétés qui ne rêvent plus assez…
- Et la marmotte prend le chocolat et elle l’emballe dans le papier alu avec ses petites pattes… Mais oui maman, mais oui. Bon ben c’est pas tout ça mais j’ai un dragon qui m’attend moi, qu’est ce que tu me voulais ?
- J’ai besoin que tu m’aides pour mettre l’étoile tout en haut du… ficus !


Mais une fois le dragon de la prairie anéanti et son personnage doté d’une magnifique armure magique, Mordikus repense à leur conversation. S’il n’a plus aucune illusion sur la santé mentale de ses parents, et de sa mère en particulier, il respecte énormément Maitre Chang qui sait toujours beaucoup de choses. Il décide d’aller tirer cette histoire de Père Noël au clair. Il se rend donc dans la petite herboristerie du centre ville, à la vitrine banale en apparence mais qui abrite des potions et des produits aux effets particulièrement inattendus.


- Bonjour Maitre Chang.
- Ah, Bonjour Mordikus. Tu viens pour le Père Noël ?
- Comment le savez-vous ?
- J'ai vu ta mère ce matin et que je me doutais bien qu’elle t’annoncerait la grande nouvelle.
- Ne me dites pas que ce qu’elle m’a raconté est vrai !
- Et pourquoi pas ?
- Parce que le Père Noël n’existe pas tout simplement.
- Allons jeune Mordikus, un garçon de ton âge devrait encore rêver. Imaginais-tu un jour couver un œuf magique ou posséder une Pandora miniature avant cet été ? D’ailleurs comment va ta créature ?
- Elle va bien, elle hiberne. Mais le Père Noël tout de même, tout le monde sait bien que ce n’est qu’une invention destinée à faire marcher le commerce…
- En es-tu vraiment sûr ?
- … Oui !
- Un gobelin, fidèle client, m’a rapporté qu’un nain lui avait dit avoir entendu au pays des fées que le Père Noël allait faire son retour cette année. Et il m’a toujours donné des informations exactes…
- Mais peut-être que ce n’est qu’une fausse rumeur…
- Mordikus, tu croirais aux nains, aux gobelins et au Pays des Fées, mais pas au Père Noël ? Es-tu prêt à faire un pari alors ? Si tu as la preuve que le Père Noël existe bel et bien, est ce que tu m’aideras à la boutique pendant les grandes vacances ?
- Et qu’est-ce que je gagne si c’est moi qui ai raison?
- Alors, tu auras le droit de choisir d'emmener l'objet que tu veux.
- Même le miroir magique ?
- Tout de même Mordikus, comment peut-on croire à la magie d’un miroir mais pas au Père Noël ? Oui, même le miroir magique.
- Pari tenu !


Et Mordikus rentre chez lui en se réjouissant de bientôt disposer d’un nouvel objet magique. Depuis tout petit qu’il veille en espérant voir le Père Noël, ce sont toujours et immanquablement ses parents qu’il a vu s’approcher en catimini du sapin avec les paquets cadeaux. Sacré Monsieur Chang qu’il croyait être beaucoup plus malin…

Mordikus est tellement absorbé dans ses pensées qu’il en oublie les règles élémentaires de prudence, de celles que l’on apprend à un âge où l’on croit encore au Père Noël, à savoir regarder avant de traverser la route. Ce qui devait arriver arrive donc. Brutalement. il est renversé par une voiturette sans permis bleue métallisé conduite par un joyeux fêtard (avec un peu d’avance) à qui l’on a justement retiré le permis pour conduite en état d’ivresse. Mordikus n’est que légèrement blessé mais en retombant il s’est mal réceptionné et un important et rapide gonflement de son poignet droit laisse augurer une fracture et l’impossibilité de chasser le dragon sur sa console pendant quelque temps.


Comme la taille dudit conducteur (2 mètres et 120 kg) n’est pas en rapport avec celle de ladite voiturette (2 mètres et 1200 kg), Mordikus préfère modérer sa colère en se maudissant de ne pas avoir davantage regardé ce qui se passait autour de lui. On l’évacue vers l’hôpital le plus proche où ses parents accourent bientôt, catastrophés. Il est déjà 18 heures et la soirée du réveillon apparaît compromise, particulièrement quand le médecin leur annonce qu’il va falloir opérer la fracture. Le service des urgences est très embouteillé en raison de l’ouverture des huitres et des chutes de sapin (le classique du jour de Noël) aussi il ne sera opéré que dans la nuit Mordikus renvoie ses parents qui voulaient attendre avec lui en leur rappelant qu’il n’est plus un gamin et qu’il a une petite sœur. Sa mère est ravie, tant de l’autonomie de son fils que de la perspective de voir le Père Noël, elle qui y croit encore. Et son père se demande ce qu’il fait dans cette famille et s’il n’y aurait pas un dahu à aller chasser quelque part.


Il est maintenant plus de 21 heures, il attend allongé dans son lit d’hôpital. Sans manger. Non que l’infâme repas de fête préparé par les cuisiniers de l’hôpital le tente, mais cela commence à faire long depuis midi. Tout ça, c’est de la faute du bonhomme en rouge. Et maintenant il ne pourra pas passer la nuit près du sapin pour gagner son pari et son miroir magique. Celui qui permet de voir dans le futur. D’ailleurs, c’est probablement pour cela qu’il y a vu la voiturette bleue. Ce qui l’inquiète davantage est d’avoir vu la boutique de Maitre Chang sous le soleil, un balai et un aspirateur posés près du mur…


- Tout va bien Mordikus ?
Encore un mythe qui s’écroule, cette infirmière quoique très sympathique, pèse plus de 100 kg et ne ressemble en rien aux photos qu’il peut être amené à rechercher de temps en temps sur le net. Pour ses exposés bien entendu:

- Oui, merci. On m’opère bientôt ?
- Tu es le prochain, on devrait bientôt te monter au bloc. Pas trop triste de passer Noël dans un lit d’hôpital ?
- Non, vous savez, moi tant que j’ai mes cadeaux !
- Et la magie des fêtes alors ? Et le Père Noël ?
- Euh, vous plaisantez, là ?

Mordikus regarde l’infirmière d’un air inquiet en se demandant s’il est vraiment en sécurité dans des mains pareilles. Elle lui sourit sans lui répondre mais il n’a pas le temps de s’angoisser davantage puisqu’on vient alors le chercher pour l’opérer...



- Mordikus ?
- …
- MOOOOOOOOOOOOORDIIIIIIIIIIIIIIIIIKUUUUUUUUUUUUUUUUUUS !!!


Il est brutalement tiré de son sommeil artificiel par une voix insistante qui n’est pas sans lui rappeler celle de sa mère. La bouche pâteuse et les yeux collants, il essaie de reprendre pied…

- Bon, tu te réveilles, je n’ai pas que ça à faire moi !


Encore la voix. Mordikus arrive enfin à soulever une paupière, il a un peu froid et se sent nauséeux. Tout est vert autour de lui, sauf un énorme bonhomme rouge qui se tient debout face à lui :

- Mais qu’est-ce que vous faites là ?
- Bonjour Mordikus, tu me reconnais ?
- Mais qu’est-ce que vous faites là ?
- Tu l’as déjà demandé ! Souviens-toi, c’est Noël…
- Et ?
- Et bien je suis le Père Noël voyons !
- Impossible, vous n’existez pas, ce doit être l’effet des médicaments qu’on me donne…
- Tu veux vraiment que je te prouve que tu ne rêves pas?

Le Père Noël approche sa main du gros bandage qui enveloppe le poignet droit de Mordikus

- Ca ne va pas ? Si vous étiez vraiment le Père Noël, vous ne feriez jamais de mal à un pauvre enfant comme moi.
- Mais tu n’es plus un enfant. Et tu ne crois même plus en moi. Tu m’en veux encore, pas vrai ?
- Pas du tout…
- Ah ah, tu ne me demandes pas de quoi, donc tu m’en veux encore.
- De quoi ?
- Trop tard !
- Bon, OK Père Noël, oui, je vous en veux encore. Vous n’auriez jamais dû faire ce que vous avez fait si vous aimiez vraiment les enfants…
- Mais enfin Mordikus, je t’ai apporté les jouets qui étaient inscrits sur la liste...
- Mais ce n’était pas MA liste!
- Oui, bon, d’accord, les lutins s’étaient trompés, mais vous êtes tellement nombreux que ça peut arriver, non ?
- Tout de même, un aspirateur et une poupée Barbie, vous auriez pu vous douter qu’il y avait une erreur !
- Mordikus, je m’excuse. L’erreur vient de nous, je l’admets. On fait la paix ?
- Ca dépend, qu’est-ce que vous m’avez apporté ?
- Les jeux vidéo que tu as commandés. Et cette année, tu as même un bonus surprise.
- Chouette alors, qu’est-ce que c’est ?
- Un vrai aspirateur, une serpillière et une blouse parce que tu te souviens que cet été tu vas devoir donner un coup de mains à Monsieur Chang ? Au revoir Mordikus.

- Mais…. Eh, revenez ! PEEEEEEEEEEEREEEEEEEE NOOOOOOOOOOOOOEL !


- Docteur, venez vite, je crois que le patient délire, il appelle le Père Noël!


Et le personnel médical de se précipiter vers le pauvre Mordikus de plus en plus agité….