Bloggueuse invitée: Coumarine

Publié le par pandora

J'ai envie de vous faire découvrir aujourd'hui le blog de Coumarine, qui nous reçoit comme sous une tonnelle, avec la particularité chez elle qu'il y a autant à lire dans son billet qu'au travers des commentaires qui sont en eux-même très riches...

Acouphènes

 

Elle a beaucoup cherché. D'ailleurs elle cherche encore...

Elle a beaucoup cherché dehors, à l'extérieur. Et elle y a trouvé bien des choses, de tout, de rien, des choses qui s'achètent, qui s'ajoutent, qui se collectent, se collectionnent, qui s'offrent aussi parfois.

De tout, il y a vraiment de tout à l'extérieur. Il n'y a qu'à choisir, à prendre ou à laisser. Il y a toujours de nouvelles choses à cueillir sur les étals du monde, du neuf, de l'inédit, du performant, du laid, de l'inutile.

Alors elle est allée de l'un à l'autre, faisant son marché dans ce multiple, ce varié, ce changeant.
Tourbillon incessant...ça passe, ça casse, ça vient, ça meurt...
Voilà c'est ça ...ça meurt: rien ne dure, ni les gens, ni les choses, ni les états d'âme, ni la jeunesse, ni l'aujourd'hui.
Demain est toujours un autre jour. Hier il y avait de quoi pleurer (ou l'inverse), il y a de quoi rire aujourd'hui (ou l'inverse). La sable est mouvant,  les nuages passent et se lassent, la vague est mourante ...
Mourante, c'est le mot...
Si elle s'accroche à "dehors" elle finit par s'évanouir, se gommer dans le tellement multiple que tout finit par se cogner, par se nier...

Alors elle a timidement posé le pied à l'intérieur, dans le centre du centre
A commencé la descente profonde vers le plus profond d'elle-même
A eu peur de se perdre dans les méandres de ses contradictions, car il y fait noir bien souvent, les repères se perdent, les acouphènes se déclenchent puisqu'il n'y a plus d'autres bruits que ses bruits intérieurs

Tentation de revenir vers l'extérieur pour noyer les acouphènes dans les bruits rassurants du clinquant...

Chaque matin trop souvent, elle se réveille pour s'en aller ailleurs, partir, se quitter...
Et sa maison intérieure reste vide, en manque, en attente, déracinée, transplantée de lieu en lieu, de lien en lien.

Fermer les yeux un moment. Un long moment.
Cesser de scruter le reflet qu'elle offre d'elle aux autres et dont elle attend qu'ils lui disent qui elle est : mais qu'est-ce qu'ils en savent, après tout... elle seule a la réponse, pour peu qu'elle quitte le miroir trompeur

Fermer les yeux. Un long moment
Entamer la descente. Avec les acouphènes qui se déclencheront
C'est le prix à payer pour trouver son propre trésor intérieur

A quoi sert de se procurer le multiple, si on ne trouve pas l'unique...



Coumarine



Les commentaires de ce billet sont à lire ici

Publié dans guest star

Commenter cet article

Firgae 20/08/2008 21:47

Pure beauté que ce texte qui sonne et raisonne si juste. Merci Coumarine pour ce partage et merci Pandora pour nous l´avoir fait découvrir. En espérant que tout se passe bien pour toi que ce soit dans tes voyages extérieur et intérieur...

joye 20/08/2008 18:35

Merci pour encore un bijou, pandora, pendant l'absence des tiens.

Reine 20/08/2008 13:20

Comme Thaddée, j'apprécie vraiment que tu nous fasses décourvrir d'autres blogs, de beaux textes des auteurs sensibles et intelligents.Alors un grand merci. et puis ça nous permet de patienter en attendant ton retour:-)

thaddee 20/08/2008 12:25

Ce texte, ainsi que tous les précédents que j'ai découverts grâce à ta Rubrique guest star, confirment mon sentiment d'être à ma place sur les blogs, comme dans le seul pays où je croiserais des gens qui ont une vraie sensibilité, et qui ont une vision personnelle du monde, et qui savent l'écrire et la font partager. C'est un enrichissement quotidien de lire ces textes. C'est toujours une heureuse surprise.Merci Pandora de ton initiative ! :-)Mais dis donc, la roue tourne... Plus que dix jours avant ton retour ! Au fait, j'ai retrouvé du travail, je suis aux anges !Gros bisou.