Photos et photographes

Publié le par pandora

Il y a beaucoup de porteurs d’appareils photo dans ce groupe et pourtant chaque photographe amateur a sa propre technique.

Il y a d’abord les différences de matériel. La classique séparation numérique ou argentique, même si le numérique gagne de plus en plus de terrain (avec le gros avantage de pouvoir montrer la photographie réalisée à celui qui a pris (ou pas) la pose).

                                                Thierry qui montre ses photos

Puis le format de l’appareil photo : quelques membres de ce groupe ont… un sacré engin ;-) voire pour certains un véritable appareil de paparazzi. Surveillez les cailloux derrière lesquels vous vous abritez sous peine de risquer de voir des images de votre postérieur apparaître dans le journal interne de votre entreprise.


A l’extrême, on trouve le petit numérique, sobre et pratique puisqu’on peut le ranger dans une pochette orange accrochée à son sac à dos et le dégainer à la moindre occasion : lucky shot, l’appareil photo qui mitraille plus vite que son ombre, tellement pratique. Parce que les photos, c’est aussi cela, un coup de chance : une ladakhi en costume qui passe et rit aux éclats après avoir soufflé dans la sourda (au passage, cet instrument de musique qui ressemble à un cor est un super moyen de drague et de rencontres, encore plus efficace que de promener son yorkshire !) Pour en revenir à la chance, donc, le lama qui passe au bon moment dans l’embrasure de la porte, les nuages qui dégagent le sommet juste au bon moment, le rayon de soleil qui vient éclairer et magnifier les couleurs. La photo c’est aussi ça, être au bon endroit au bon moment.



Après les différences de matériel, je vais passer en revue les catégories de photographes.

Il y a le photographe fainéant ou dilettante, qui sort très occasionnellement son appareil pour prendre certaines choses en photo, les souvenirs sont dans sa tête, il n’a pas besoin de support pour se les rappeler (ou peut-être se dit-il qu’avec internet et le numérique, il va en recevoir tout plein des autres membres du groupe ;-) )

Le photographe connaisseur et éclairé qui est toujours à l’affût de la bonne lumière, du bon contraste, du bon premier plan et du meilleur angle pour être dans les meilleures conditions possibles et faire à chaque fois THE photo qui tue.

Le photographe plagieur qui a repéré dans le groupe le photographe connaisseur et qui du coup le suit de près, de très très près ! Cherchez l’un et vous trouverez l’autre. Il dégaine son appareil quand le photographe éclairé le fait, se place dans son dos, au même endroit…. Jusqu’à ce que le plagieur se prenne un objectif dans la figure, cette durée étant fonction de la patience du connaisseur ;-)  (Aucun accident de ce type dans le groupe, et pourtant nous ne manquions pas de photographes plagieurs… dont je faisais partie ;-))




Le photographe opportuniste qui est toujours là au bon moment, c’est souvent un débutant ( la chance du débutant ;-))

                                                 Chuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuutt

Le photographe malchanceux qui a toujours un bout de sac, un bout de coude, un bout de bâton sur sa photo de grand paysage de nature sauvage, immense et désertique. C’est aussi souvent celui qui se construit une belle photo avec un joli premier plan et qui ne peut finalement prendre la photo en raison de l’arrivée inopinée d’un autre trekkeur, pile poil dans le champs de la photo

                               Cherchez l'erreur... Vive le numérique !!!

Le photographe compulsif qui a toujours le doigt sur la gachette (pardon le déclencheur) et qui mitraille à tout bout de champ. On le reconnaît en général à ses origines japonaises, mais attention, celles-ci peuvent être tellement lointaines qu’il a le type européen.

Enfin, la photographe compulsive plagieuse frustrée… et ce fut mon cas : j’ai fait tomber mon appareil photo à une semaine de la fin du trek, en sortant de puja, sur l’objectif. Pas de très haut, mais zoom HS. Résultat, plus de possibilité de photo. Frustration d’autant plus terrible que la journée du lendemain de cet incident fut superbe et lumineuse et que nous avons traversé des villages tous plus magnifiques les uns que les autres et rencontré beaucoup de gens…. "What to do ?"

Après le matériel et le photographe, voyons maintenant les types de photographies :

Je commencerai par la « photo « alibi » parce qu’elle nous a tous concernés… Tss Tss Tss, ne mentez pas, tout le monde s’est arrêté pour reprendre son souffle, pardon pour prendre une photo, sur les nombreuses et hautes marches du monastère menant à Thiksey… même ceux d’ailleurs qui n’avaient pas leur appareil photo ! Ces photos alibis sont très prisées par le trekkeur fatigué ;-)

La  photo « scène de vie » : préparation du thé, récolte de l’orge, petit garçon qui vend des abricots… Tous ces sourires et ces visages ladakhi que l’on a envie de ramener avec nous.

La  photo « souvenir de trek » : la tente toilette du camp, le campement, la tasse du camp, la table du camp… pour se rappeler au retour… comment vous avez deviné ?...  de la vie au camp ;-)

Dans le même genre d’idée, la photo du guide mais là je dis attention : la guide est armée elle aussi !

                                                Anita


La photo reportage animalier : le yak qui fonce sur nous, la chèvre qui mange un bout de savon, la mule qui donne un coup de sabot et bien sûr la marmotte qui emballe le chocolat dans du papier aluminium…

La photo nature, les gorges étroites, les montagnes majestueuses, les pics découpés dans les nuages , les différentes couleurs dessinées dans la roche… ces paysages où ce sont des montagnes à perte de vue, ces montagnes où l’on se sent si petit, ces paysages où l’on se sent humble et ému.



La photo spirituelle : drapeaux de prières (lungta) flottant au vent, chortens, mani, monastères, moulins à prières, ces endroits qui baignent dans une énergie positive si forte qu’on a envie d’en ramener un peu avec soi…

 

En bref, donc, beaucoup d’appareils photo, de photographes et de photos mais de toute façon beaucoup de plaisir. Celui d’en prendre plein les yeux, sur le moment parce que c’est là dans l’émotion du moment que c’est le plus beau et le plus fort.

Puis voler un peu de ces moments au travers d’images à ramener avec nous pour s’en rappeler longtemps après le retour quand le train train et la grisaille du quotidien reprendront le dessus.

Regarder quelques photos et s’en imprégner, laisser remonter les souvenirs comme on respirerait quelques bouffées d’oxygène pour revivre les précieux moments et mieux encore pour les partager avec ceux qu’on aime.


Et ça, c’est vraiment le deuxième effet kiss cool ;-))

 

Publié dans Zanskar 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

thaddee 07/09/2008 18:16

Pour moi qui n'ai pas de souvenirs du Zanskar comme toi ces photos sont un enchantement et ton article est passionnant. J'adore le passage sur les animaux, surtout la marmotte qui emballe ou la chèvre qui mange du savon. Ca rend proche tout à coup quelque chose d'inaccessible et de tellement impressionnant ! Merci Pandora, tous tes billets sont un véritable cadeau.

pandora 07/09/2008 18:22


Nous avions un seau d'eau et un godet, dans le camps, avec un morceau de savojn pour que nous puissions nous laver les maisn avant de manger, et une chèvre nous l'a
mangé ;-)
Pour les marmottes, c'est un clin d'oeil à la pub Milka
Merci beaucoup Thaddée, c'est un plaisir d'écrire pour vous


Cacoune 07/09/2008 00:55

Je plaide coupable pour le photographe compulsif. Mais c'est un désir tellement bon à assouvir !

pandora 07/09/2008 09:10


Bienvenue au club ;-)


caro_carito 06/09/2008 23:35

très amusant. Nous nous sommes les photgraphes prêt à jeter car nos appareils sont cassé, nous n'avons que des jetables....

pandora 07/09/2008 09:04


L'essentiel est de se faire plaisir ;-))
Je suis longtemps restée à l'argentique et c'est pour beaucoup ce blog et l'envie de partager avec vous les photos qui m'a fait passer au numérique, ce que je ne regrette absolument pas, c'est un
réel confort et plaisir, on peut montrer les photos aux gens qu'on prend (et qui pour certains le demandent même) essayer des trucs sans souci que ça ne donne rien...
Vive le numérique... mais l'avantage avec le jetable, c'est que si ça tombe par terre, tu t'en moques ;-)


val 06/09/2008 20:54

Je connais au moins un représetant de chaque photographe que tu décris. L'important est de le faire pour son propre plaisir. Le sphotos sont très belles. Je n'ai pas commenté tes deux précédents billets que j'avais lu avec interet et depaysement.

pandora 07/09/2008 09:02


Merci de tes passages alors ;-)


Martine27 06/09/2008 19:06

Excellent ton vademecum des photographes, des appareils et des photos et bien illustré en plus. Dommage pour ton appareil, c'est rageant un coup comme ça, mais tes collègues marcheurs pourront t'envoyer quelqu'unes de leurs photos j'espère

pandora 07/09/2008 08:59


Oui, ils ont pris pas mal de photos qu'ils m'enverront, les avantages du numérique, mais j'ai été privée de mon nouveau joujou, et comme tout gosse à qui ça arrive,
j'ai eu envie de me rouler par terre et de hurler....
Pandora, 2 ans et demi d'age mental, mais qui progresse dans la voie de la sérénité ;-)